1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "François Hollande se prend pour Poincaré et Manuel Valls pour Clemenceau", lance Éric Zemmour
1 min de lecture

"François Hollande se prend pour Poincaré et Manuel Valls pour Clemenceau", lance Éric Zemmour

REPLAY / BILLET - François Hollande a demandé aux Français de mettre le drapeau tricolore à leurs fenêtres pour l'hommage national rendu aux victimes du 13 novembre. Un retour en grâce pour les symboles tricolores.

Eric Zemmour
Eric Zemmour
Crédit : RTL
"François Hollande se prend pour Poincaré et Manuel Valls pour Clemenceau", lance Éric Zemmour
03:12
Zemmour - 26 novembre
03:24
Éric Zemmour

"C'était un petit pays de rien du tout, peuplé de beaufs racistes et misogynes", note Éric Zemmour. "Toujours en retard sur la marche du monde, conservateur qui faisait parfois la Révolution. Faignants assistés qui rêvaient tous d'être fonctionnaires. Des lâches qui avaient perdu toutes les guerres et vivaient dans le souvenir de leur gloire passée", poursuit le journaliste. Il estime que les habitants de ce pays "ne s'appelaient pas les Français, mais les Franchouillards".

Pourtant, le drapeau tricolore n'a jamais quitté les tréteaux de la politique. Éric Zemmour se souvient que Nicolas Sarkozy était "entouré d'une forêt bleu-blanc-rouge à la Concorde en 2012" et qu'"une grande conscience de gauche y vit des réminiscences d'Hitler à Nuremberg". Le journaliste se demande : "Pourquoi l'européen Hollande, l'enfant de Jacques Delors, nous a-t-il demandé d'arborer à nos fenêtres le drapeau français et non la bannière européenne ? Pourquoi nous fait-on chanter la Marseillaise que tant de beaux esprits conspuaient il y a peu de temps encore, condamnant, vomissant ses paroles guerrières ?". 

Mais pour Éric Zemmour, la guerre a été déclarée ce 13 novembre 2015 et le temps est à l'union sacrée. Aujourd'hui, "François Hollande se prend pour Poincaré et Manuel Valls pour Clemenceau. Ils brûlent ce qu'ils ont adoré et adorent ce qu'ils ont brûlé", analyse le journaliste. "Mais une nation ce n'est pas seulement un drapeau, un hymne, c'est d'abord un territoire, des frontières, une armée, une monnaie (...). Tout ce qui a été bradé depuis des décennies. "La nation est le seul bien de ceux qui n'ont rien avait dit Jaurès. Nos éminences ont découvert depuis le 13 novembre qu'elles n'avaient plus rien", conclue Éric Zemmour. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/