2 min de lecture Présidentielle 2017

"François Hollande ne voulait pas exercer le pouvoir", l’attaque d’Aquilino Morelle

Aquilino Morelle, proche conseiller du chef de l’État entre 2012 et 2014, dresse un constat d’échec sans concession dans un livre à paraître.

>
François Hollande ne voulait pas exercer le pouvoir, l'attaque d'Aquilino Morelle Crédit Image : Patrick KOVARIK / AFP | Crédit Média : Benjamin Sportouch | Durée : | Date :
François Quivoron
François Quivoron
et Benjamin Sportouch

Aquilino Morelle n’est pas tendre avec François Hollande. L’ancien conseiller du chef de l’État publie un livre intitulé L’Abdication (éditions Grasset), dans lequel il critique l’exercice du pouvoir du président de la République. De ses échecs dès ses premiers mois à l’Élysée à son annonce de ne pas briguer un deuxième mandat, François Hollande a renié la fonction selon Aquilino Morelle. Il "ne voulait pas exercer le pouvoir, il voulait seulement être président de la République", estime-t-il dans un entretien au Monde.

Désormais soutien d’Arnaud Montebourg pour la primaire de la gauche, Aquilino Morelle a été renvoyé du palais présidentielle en avril 2014 après des accusations de prise illégale d’intérêts et l’affaire de ses chaussures cirées. Durant ces deux années, il a vu le chef de l’État se couper des classes populaires dans le dossier Florange et accepter l’austérité prôné par le pacte budgétaire européen imposé par Angela Merkel et signé par Nicolas Sarkozy. Deux décisions prises dès le début de son mandat, qui marquent "la véritable rupture d’opinion entre Hollande et les Français".

Un président dénué de toute autorité

Habile homme politique, François Hollande n’a pas su ou voulu incarner la fonction présidentielle d’après Aquilino Morelle. "C’est certainement parce qu’il pressentait ce malaise que François Hollande a inventé la formule du 'président normal', une manière pour lui de prévenir les Français et, peut-être, dans son esprit, de conjurer le sort… Étrange président que cet homme plein de charme et dénué de toute autorité", insiste son ancien conseiller.

"Toutes les qualités de l’homme, celles qui lui ont permis de conquérir le pouvoir, se sont retournées contre lui, une fois à l’Élysée, ajoute Aquilino Morelle. Ce qui faisait la force du candidat a signé l’échec du président. Son intelligence ? À force de tout comprendre, il lui est arrivé trop souvent de ne rien décider. Son habileté ? La ruse ne sert plus au pouvoir, il faut alors la force, celle de s’imposer aux autres et aux événements. Son art de 'la synthèse' ? Vain et illusoire quand on est aux commandes, et qu’il faut trancher."

L’échec de la gauche et l’échec de Hollande

À lire aussi
François Hollande à Blois, le 14 novembre 2018 présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : François Hollande regrette de ne pas s'être présenté

Dans son livre, Aquilino Morelle s’interroge sur le climat de défiance qui entoure la gauche depuis son accession au pouvoir. Et formule trois interrogations qui valent constat d’échec : "Comment la gauche, qui détenait toutes les puissances en 2012 - l’Élysée, Matignon, l’Assemblée nationale et même, pour la première fois, le Sénat, les régions, les départements, les villes - n’a-t-elle pas eu la force d’exercer le pouvoir que les citoyens lui avaient confié et s’est-elle perdue dans une gestion résignée ? Pourquoi le président n’a-t-il pas tenu les engagements pris devant le peuple français lors du discours du Bourget ? Comment expliquer cette situation inédite dans l’histoire de la Ve République : un président sortant dans l’incapacité même d’être candidat ?"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Hollande Aquilino Morelle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants