2 min de lecture Polémique

"François Hollande ne veut pas revenir, il veut 'être'", décrypte Alba Ventura

ÉDITO - Invité de RTL jeudi 14 décembre, l'ancien chef de l'État n'a pu s'empêcher de donner des conseils à son successeur. Une façon de faire savoir qu'il n'est pas retiré de la vie politique.

Micro générique Switch 245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
"François Hollande ne veut pas revenir, il veut 'être'", décrypte Alba Ventura Crédit Image : Jacques Witt / Sipa/SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

François Hollande était l'invité exceptionnel de RTL jeudi 14 décembre. Quatre-vingt-dix minutes pour défendre son bilan, pour juger l'action d'Emmanuel Macron et dispenser ses bons conseils. Ce qui m'a frappé d'abord, c'est de voir à quel point il ne peut pas se passer de politique. Cela m’a fait penser à Nicolas Sarkozy, qui disait que la politique c'était comme une drogue, qu'il allait avoir du mal à retirer la seringue.

C'est exactement ce que vit François Hollande. Regardez le temps que Nicolas Sarkozy a mis à s'en détacher. Enfin si l'on peut dire qu'il s'en est détaché un jour, parce qu'il continue lui aussi à recevoir comme un chef d'État ou comme un chef de parti.

Ce qui m'a frappée aussi, c'est que, comme Nicolas Sarkozy, François Hollande refait l'Histoire. Il nous raconte qu'il a renoncé en toute lucidité, parce que la gauche était divisée - avec ces "frondeurs" qui lui ont mis un "coup d'épée dans le dos" -  et qu'il n'était pas en mesure de rassembler.

Hollande au diapason des sondages

Mais ce n'est pas la gauche qu'il n'était pas en mesure de rassembler. C'était les Français qu'il n'était plus en mesure de convaincre. Son renoncement tient en une phrase : les Français ne voulaient plus de lui. C'est sans doute douloureux à entendre, mais c'est la vérité.

À lire aussi
Donald Trump. lors d'un meeting à Tulsa. racisme
Etats-Unis : Trump partage une vidéo d'un de ses fans criant "white power"

Je l'ai trouvé moins sévère avec Emmanuel Macron que ce à quoi on aurait pu s'attendre. Il était même presque bienveillant. En fait, François Hollande est au diapason des sondages. En septembre, il avait sonné la charge contre le Président Macron au moment où il plongeait dans les sondages.

Mais maintenant que les sondages remontent un peu, que les manifs ont fait flop, et surtout que les enquêtes d'opinion montrent que les Français estiment qu'il faut donner du temps au Président, François Hollande est plus indulgent envers son successeur. Il souhaite qu'il réussisse. Comme s'il ne fallait pas trop insulter l'avenir.

L'envie d'exister plus forte que tout

François Hollande ne veut pas revenir. Il veut "être". Être celui par lequel passera la reconquête du Parti socialiste. Être celui qui distillera quelques conseils utiles (bien sûr) au Président. Mais on se pince ! Surtout lorsqu'on l'entend faire des propositions sur Notre-Dame-Des-Landes : dire qu'il faut évacuer la ZAD, parce que lui n'a pas pu à cause du terrorisme ; expliquer qu'il était "pour" l'aéroport au départ, puis "contre" aujourd'hui, alors que sa ministre Cécile Duflot affirmait qu'il y avait toujours été opposé.

Vous savez, les anciens présidents devraient s'appliquer un devoir de réserve. Mais que voulez-vous, l'envie d'exister est plus forte que tout.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique François Hollande Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants