1 min de lecture Migrants

Face à une forte mobilisation, le droit de séjour d'une fillette ivoirienne réévalué

Samira, fillette ivoirienne de 10 ans, et son père devaient être expulsés le 12 novembre de France. Après une forte mobilisation, le ministre de l'Intérieur a annoncé samedi 9 novembre la réévaluation de leur droit de séjour.

Christophe Castaner : dans l'embarras, le ministre évite la presse
Christophe Castaner : dans l'embarras, le ministre évite la presse Crédit : Bertrand GUAY / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le droit de séjour de Samira, fillette ivoirienne de 10 ans, et de son père va être réexaminé, selon les déclarations de Christophe Castaner samedi 9 novembre. Une vaste mobilisation organisée par l’eurodéputé Raphaël Glucksmann a permis la réévaluation de leur cas, alors qu’ils devaient être expulsés vers l’Italie.

"Après étude du dossier par le préfet de police et en lien avec ses services, nous avons demandé que la mesure de transfert ne soit pas exécutée", a twitté le ministre de l’Intérieur. "Le droit au séjour de Samira et son père va être réexaminé, compte tenu de leur situation familiale particulière", a-t-il précisé.

Une forte mobilisation

"On ne sait pas s'ils vont leur donner un titre de séjour ou non", s’est emporté l’eurodéputé Raphaël Glucksmann qui a précisé que la question "n’était pas résolue", dans une interview à l’AFP. "On attend de recevoir un document officiel et de connaître la nature du document administratif qui sera donné à Samira et son papa."

L’homme politique s’est ému de la situation de la famille. Scolarisée en Seine-et-Marne, la petite fille a fui son pays avec ses parents "pour échapper à l'excision". Mais malgré le fait qu’ils soient arrivés en France au mois de janvier, le "règlement de Dublin" soutient que la demande d’asile se fait dans le pays d’entrée en Europe. Dans ce cas-ci, l’Italie, où le père et sa fille devaient être expulsés à Venise le 12 novembre.

À lire aussi
Des migrants du Salvadore (illustration) Migrants
Hongrie : 44 migrants découverts dans un tunnel artisanal sous la frontière

Raphaël Glucksmann avait alors lancé une pétition qui a récolté plus de 150.000 signatures. 200 personnalités, dont la maire de Paris Anne Hidalgo, l’acteur Dany Boon ou encore Michel Drucker, ont appelé Emmanuel Macron à empêcher leur expulsion dans une lettre ouverte. 

Lire la suite
Migrants Politique Expulsions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants