1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Expulsion de l'imam Iquioussen : le Conseil d'Etat donne son feu vert
1 min de lecture

Expulsion de l'imam Iquioussen : le Conseil d'Etat donne son feu vert

Le Conseil d'Etat a donné son feu vert mardi 30 août pour l'expulsion du prêcheur islamique très suivi sur les réseaux sociaux, a annoncé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Hassan Iquioussen (à gauche) au côté d'un prêcheur le 18 juin 2004 à Escaudain.
Hassan Iquioussen (à gauche) au côté d'un prêcheur le 18 juin 2004 à Escaudain.
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Gregory Fortune & AFP

Le Conseil d'Etat a donné son feu vert à l'expulsion vers le Maroc de l'iman Hassan Iquioussen décidée par Gérald Darmanin. Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur a estimé que cette décision qui infirme la suspension de cette expulsion par le tribunal administratif est "une grande victoire pour la République". "Il sera expulsé du territoire national", a-t-il ajouté. 

Le ministère de l'Intérieur entendait faire annuler par la plus haute juridiction administrative française une décision du tribunal administratif de Paris suspendant la demande d'expulsion de cet imam réputé proche des Frères musulmans. Le TA avait jugé qu'une expulsion porterait une "atteinte disproportionnée" à sa "vie privée et familiale"

Mais le ministère de l'Intérieur avait fait appel de cette décision, Gérald Darmanin stigmatisant un "discours prosélyte, émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d'une vision de l'islam contraires aux valeurs de la République", ainsi qu'un" discours à teneur antisémite particulièrement virulent", ses prêches prônant la "soumission" des femmes "au profit des hommes".  

L'arrêté d'expulsion évoquait également l'encouragement "au séparatisme" et le "mépris de certaines valeurs républicaines telles que la laïcité et le fonctionnement démocratique de la société française". L'avocate de Hassan Iquioussen, né en France il y a 58 ans mais de nationalité marocaine, a réagi sur Twitter en estimant que cette décision symbolisait "un Etat de droit affaibli" et déploré "un contexte alarmant de pression de l'exécutif sur le judiciaire".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire