2 min de lecture Élections municipales

Est-ce vraiment la fin du front républicain, comme l'affirme Marine Le Pen ?

DÉCRYPTAGE - Marine Le Pen s'est réjouie de la victoire de son ex-compagnon, Louis Aliot, élu maire de Perpignan face à un front républicain.

Marine Le Pen, au siège du RN à Nanterre, le 28 juin 2020.
Marine Le Pen, au siège du RN à Nanterre, le 28 juin 2020. Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti Journaliste

Le Rassemblement national a crié victoire dimanche 28 juin après l'élection de Louis Aliot à Perpignan, la première ville de 100.000 habitants pour le parti d'extrême droite depuis Toulouse en 1995. Le candidat RN affrontait un front républicain représenté Jean-Marc Pujol (LR) et il l'a emporté avec 53,09% des voix.

Pour Jordan Bardella, la prise de Perpignan est le signe que "le front républicain est mort". Propos auxquels Marine Le Pen a fait écho : "C'est la fin du front anti-républicain, celui qui consistait à tenter de faire battre le Rassemblement national uniquement parce que c'est le Rassemblement national".

Mais est-ce vraiment la fin du front républicain comme l'affirment les élus RN ? Cette stratégie électorale, qui consiste à unir droite et gauche pour faire barrage à l'extrême droite, a été mise en place dans certaines communes dans l'entre-deux tours.

À Perpignan, Agnès Langevine (EELV) et Romain Grau (LaREM), qui ont obtenu plus de 10% au premier tour et avaient donc le choix de se maintenir au second, ont décidé de se retirer pour que Jean-Marc Pujol (maire LR sortant) puisse battre Louis Aliot.

Mantes-la-Ville répond à Perpignan et Moissac

À lire aussi
écharpe tricolore sexisme
Normandie : un élu traite de "bécasses" des conseillères municipales

Ce front républicain-là, qui a échoué, a manqué d'unité. Sur les listes LaREM, beaucoup n'ont pas affiché leur soutien pour Jean-Marc Pujol. Olivier Amiel, ex-adjoint du maire sortant, a refusé d'appeler au front républicain et a même révélé ne pas vouloir voter pour le candidat des Républicains.


À Moissac (Tarn-et-Garonne) aussi le front républicain, rassemblé derrière la candidate DVD Estelle Hemmami, n'a pas réussi à faire barrage au Rassemblement national et Romain Lopez, ancien assistant parlementaire de Marion Maréchal, l'a emporté.

Mantes-la-Ville (Yvelines), seule ville que tenait le RN en Île-de-France, a su faire preuve d'unité face au parti d'extrême droite. Sami Damergy, candidat divers centre, a été élu maire de Mantes-la-Ville avec 55,84% des voix. Romain Carbonne (divers gauche) et Amitis Messdaghi (union de gauche) s'étaient retirés de la course, sans toutefois soutenir publiquement Sami Damergy. Mantes-la-Ville, dernier soubresaut d'une stratégie électorale qui a perdu en vigueur au fil des années ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales Rassemblement National Extrême droite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants