3 min de lecture Espionnage américain

Espionnage américain : "La France a orchestré sa colère", analyse Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - N'en fait-on pas un peu trop à l'Élysée et au Quai d'Orsay sur les écoutes américaines de dirigeants français ? Au fond, la France n'est pas si indignée que cela, avoue la journaliste.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Espionnage américain : "La France a orchestré sa colère", analyse Alba Ventura Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Des "pratiques inacceptables" : voilà comment François Hollande a réagi à l'espionnage des services secrets américains qui ont écouté pendant des années nos présidents. "Inacceptable" : est-ce à la hauteur de ce qui s'est passé ? Commençons par un petit cours de riposte verbale en matière diplomatique. "Inacceptable", c'est un peu plus fort que "désapprobation", qui est un terme un peu plus tiède. Mais "inacceptable" c'est un peu moins dur que "indignation", qui est plus chaud.

C'est gradué. En général d'abord on désapprouve, puis on trouve inacceptable, et enfin on s'indigne. Tous les mots sont pesés. Tout le monde sait que c'est le jeu. Vous avez remarqué que Nicolas Sarkozy aussi a dit que c'était "inacceptable". Il connait les codes. Il a été président. Tout ça, c'est de l'habillage. De l'habillage pour le grand public. 

Habillage de la riposte

On est obligé, de manière "outragée", de manifester notre mécontentement On le met en scène d'ailleurs. On organise sur le champ un conseil de défense. On annonce que l'on va convoquer l'ambassadrice américaine à Paris et que l'on va téléphoner à Barack Obama. Ce sont les grands classiques de la scénographie diplomatique. C'est pour la galerie. C'est l'habillage de la riposte.

Il n'y a pas d'autre riposte possible. On ne va pas déclarer la guerre à Barack Obama ! Ce n'est pas une affaire d'État, c'est une affaire entre États, entre alliés. On peut bien se rappeler des "codes de bonne conduite", comme le dit Manuel Valls. Mais on ne va pas non plus faire semblant de découvrir que les Américains nous écoutent, comme ils ont écouté les allemands. Un ancien collaborateur de François Hollande le confie : nous espionnons, nous aussi. L'ambassadeur de France aux États-Unis a tweeté "Tout dirigeant, tout diplomate, tout leader, sait qu'il est écouté".

À lire aussi
La plage rouge face au Kremlin crime
Le roman de la manipulation

Il y a des échanges de renseignements en permanence. Les Britanniques coopèrent avec les services secrets français. Les Américains, qui ont les plus gros moyens, nous ont aidé à construire notre système de surveillance, comme nous avons aidé les Allemands…. 

Vous savez, nous sommes dans l'ère de l'après-11 septembre, à l'heure de la lutte anti-terroriste, de Daesch. Les révélations de Mediapart et de Libération ne sont pas agréables, mais elles ne sont pas de nature à provoquer un conflit. Donc ça n'ira pas au-delà.

Nos entreprises ont intérêt à se protéger

Ce n'est pas grave en soi, mais c'est quand même un rappel sérieux. Quand on est au pouvoir, on utilise un téléphone crypté. On n'utilise pas son téléphone privé.

Sachez bien que François Hollande, comme ses prédécesseurs, pour toutes les affaires ultra-sensibles, utilise son téléphone crypté. Cela a été le cas lorsqu'il s'est agi de la libération des otages et de l'intervention au Mali notamment. Ce qui parait plus grave dans ces affaires d'espionnage, c'est que nos entreprises sont très mal protégées.

Souvenez-vous dans l'affaire allemande, lorsqu'on a appris que le portable d'Angela Merkel avait été écouté par les Américains. Ce n'était pas bien, c'était immoral, tout ce qu'on veut. Mais on a surtout appris à ce moment-là que les services secrets allemands avaient espionné des firmes françaises comme Dassault ou Airbus (une entreprise franco-allemande! ) pour le compte de la NSA. Cela n'a peut-être pas remis en cause l'amitié franco-allemande, mais ça a montré combien ces entreprises pouvaient être vulnérables.

Quand on sait que la guerre est bien plus économique que politique, cette affaire d'écoutes vient surtout rappeler que nos entreprises ont intérêt à se protéger, à monter la garde.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espionnage américain Polémique François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778867718
Espionnage américain : "La France a orchestré sa colère", analyse Alba Ventura
Espionnage américain : "La France a orchestré sa colère", analyse Alba Ventura
REPLAY / ÉDITO - N'en fait-on pas un peu trop à l'Élysée et au Quai d'Orsay sur les écoutes américaines de dirigeants français ? Au fond, la France n'est pas si indignée que cela, avoue la journaliste.
https://www.rtl.fr/actu/politique/espionnage-americain-la-france-a-orchestre-sa-colere-analyse-alba-ventura-7778867718
2015-06-25 10:01:27