1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le compte d'Éric Zemmour banni d'Instagram "par erreur", assure Facebook
1 min de lecture

Le compte d'Éric Zemmour banni d'Instagram "par erreur", assure Facebook

Un porte-parole d'Instagram a expliqué que ce bannissement était une "erreur" et que le compte a depuis été rétabli.

Le polémiste Éric Zemmour, le 22 avril 2021
Le polémiste Éric Zemmour, le 22 avril 2021
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Quentin Marchal & AFP

Au lendemain de son bannissement d'Instagram, Éric Zemmour a pu récupérer son compte officiel sur le réseau social. Ce vendredi 20 août, un porte-parole du groupe Facebook, maison mère d'Instagram, a indiqué à l'AFP que le compte du polémiste "a été supprimé par erreur" et a depuis été restauré.

"Le compte d'Éric Zemmour a été supprimé par erreur, nous sommes navrés pour les désagréments occasionnés. Il a depuis été restauré", a fait savoir cette même source. Instagram a par ailleurs indiqué à l'AFP qu'Éric Zemmour n'avait enfreint aucune règle du réseau et a assuré avoir pris des mesures pour éviter qu'un tel incident ne se reproduise.

Le chroniqueur du Figaro et polémiste de la chaîne d'information CNews s'était insurgé la veille de la suppression de son compte officiel Instagram, dénonçant une "censure". "Les Gafam (Google, Amazon, Facebook, Microsoft, ndlr) se sont engagés dans une lutte féroce contre les peuples qui ne veulent pas mourir. Ils peuvent me censurer, mais ils ne peuvent pas faire taire tout un peuple #STOPCensure", s'exclamait-il jeudi dans un tweet.

Un procès à venir en septembre

Une pétition avait été lancée par l'association "Les amis d'Éric Zemmour", agréée début juillet pour financer un parti politique du même nom, pour soutenir l'éditorialiste, plusieurs fois poursuivi pour ses propos, "contre la censure et le gouvernement des juges".

À lire aussi

Éric Zemmour, à qui l'on prête une ambition présidentielle sans qu'il ne l'ait publiquement affichée jusqu'ici, doit être jugé le 8 septembre pour "provocation à la discrimination" et "injures raciales" après des propos sur les migrants mineurs isolés, qu'il a qualifiés de "voleurs", "assassins" et "violeurs" sur CNews en septembre 2020.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/