1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Entre Sarkozy et Darmanin, une relation quasi filiale
2 min de lecture

Entre Sarkozy et Darmanin, une relation quasi filiale

Le journaliste Ludovic Vigogne publie le livre "Tout restera en famille" (Fayard) où il raconte les liens très forts qui existent entre Nicolas Sarkozy et Gérald Darmanin.

Nicolas Sarkozy et Gérald Darmanin, le 29 janvier 2015
Nicolas Sarkozy et Gérald Darmanin, le 29 janvier 2015
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Entre Sarkozy et Darmanin, une relation quasi filiale
03:46
Entre Sarkozy et Darmanin, une relation quasi filiale
03:47
Pauline De Saint-Rémy - édité par Claire Gaveau

Gérald Darmanin est au cœur d’un livre, écrit par le journaliste Ludovic Vigogne paru cette semaine, qui s’intéresse à sa relation avec Nicolas Sarkozy. "On est des premiers de la classe qui veulent être aimés comme le dernier", résume, pas peu fier, l'actuel ministre de l'Action et des Comptes publics quand on l’interroge sur le sujet de cet ouvrage.

Ça s’appelle Tout restera en famille (Fayard) et c’est surtout très éclairant sur l’ambition qui anime le jeune ministre. On y découvre la relation quasi filiale qui l’unit avec celui qui fut son lointain prédécesseur à Bercy, aujourd’hui officiellement en retrait de la vie politique. "Si tu refuses, tu ne m’appelles plus jamais", aurait ainsi lancé Nicolas Sarkozy au bout du fil à un Gérald Darmanin tout troublé, en juin 2017. Ce dernier venait de rencontrer Emmanuel Macron pour la première fois et de se voir offrir une place au gouvernement.

Et l’ancien chef d'État de se fendre d’une petite boutade, histoire d’enfoncer le clou : "La seule chose qui m’embête, c’est que tu seras ministre du Budget plus jeune que moi".

Autre exemple d’anecdote qui en dit long sur la relation entre les deux hommes ? Le livre s’ouvre sur une scène cocasse, dans les appartements de Gérald Darmanin à Bercy, un soir de janvier 2018. Nicolas Sarkozy est présent, il y a été invité pour fêter ses 63 ans, avec toute son ancienne équipe de campagne. L’ambiance est pesante. Il a maintenu sa venue alors que le jour même, la presse a révélé l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite d’une plainte pour viol déposée en 2009 contre l'actuel ministre.

À lire aussi

On y apprend notamment qu’il a emmené la plaignante aux Chandelles, un club échangiste parisien. Autour de la table, le principal intéressé est livide. Et c’est Carla Bruni-Sarkozy, que ces accusations laissent pour le moins perplexe, qui crèvera l’abcès, faisant mine d’être vexée : "Nicolas, lui, ne m'a jamais emmenée aux Chandelles". De quoi détendre l’atmosphère, avant que Nicolas Sarkozy se charge de faire preuve à son tour d’une grande compassion.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/