3 min de lecture Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy est-il le nouveau mentor d'Emmanuel Macron ?

DÉCRYPTAGE - Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy ne tarissent pas d'éloges l'un envers l'autre. Le président s'est aussi affiché avec son prédécesseur lors d'une cérémonie. Une image qui en dit long.

Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron, à Thorens-Glières le 31 mars 2019
Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron, à Thorens-Glières le 31 mars 2019 Crédit : THORENS-GLIÈRES
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Tout un symbole. Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy se sont réunis, le 31 mars dernier, afin de commémorer le 75ème anniversaire des combats du plateau des Glières, dans les Alpes. Une rencontre entre l'actuel chef de l'État et l'ancien président immédiatement commentée par la tête de liste La République En Marche pour les élections européennes, Nathalie Loiseau. Un moment d"'unité nationale", d'après elle.

Mais, selon Jean-Louis Debré, l'ancien président du Conseil constitutionnel, cette unité nationale ne peut être complète sans la présence de François Hollande. Sur LCI, il déclarait : "Emmanuel Macron a besoin d'essayer de banaliser ses rapports avec Nicolas Sarkozy parce qu'il y a les européennes et les municipales ; et Sarkozy a besoin de Macron pour revenir pour que sa parole soit entendue". 

François Hollande, Nicolas Sarkozy... Il semblerait bien que les relations d'Emmanuel Macron avec ses deux prédécesseurs aient bien évoluées. Chacun à leur tour occupant le rôle de mentor auprès du président de la République. 

Nicolas Sarkozy consulté par Emmanuel Macron

"Macron me consulte, ce n'est pas toujours le cas de ma famille politique... Il me traite bien". Cette phrase qui sonne comme un aveu serait signée Nicolas Sarkozy. Selon Le Figaro, l'ancien président de la République se serait confié à un élu. Ainsi, Emmanuel Macron lui aurait envoyé sa tribune sur l'Europe, avant publication dans les médias. Pourquoi ? "Pour que je lui fasse des suggestions", a indiqué l'ancien président. 

À lire aussi
Laurent Gerra Pascal Praud
La chronique de Laurent Gerra du 26 novembre 2019

Dès le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy n'a pas hésité à saluer le travail du président. Dernière phrase de soutien en date : "Tous les pays ont un besoin de rassemblement à un moment comme à un autre. Il y a toujours des désaccords, des polémiques… [Mais] je sais par expérience qu'être président de la République c'est bien difficile. Et qu'il est impossible de pouvoir satisfaire tout le monde".

Mais désormais, il n'hésite plus à le mettre en garde. Comme le rapporte Le Figaro, l'ancien président lui aurait conseillé de restaurer l'autorité de l'État face aux "gilets jaunes". "L'État doit répondre. Je suis sûr qu'il le fera. Mais il faut le faire maintenant et avec une fermeté extrême", aurait-il lancé.

L'électorat de droite en ligne de mire ?

Mais sous cette entente cordiale pourrait se cacher, un jeu politique. "Ça peut être dangereux cette proximité avec Emmanuel Macron. Il vous utilise", a mis en garde un élu Les Républicains, inquiet pour Nicolas Sarkozy.  

Et pour cause, le président de la République cherche à maintenir les électeurs de droite au sein de sa majorité. Lors de la cérémonie d'hommage des Glières, "Emmanuel Macron n’a jamais hésité à singer ses adversaires venus de la droite, empruntant tout à la fois à leur vocabulaire ou à leurs grandes figures", note Le Monde

Ainsi, Emmanuel Macron soigne son électorat de droite : Nathalie Loiseau, l'ancienne juppéiste, va incarner la campagne des européennes pour la majorité. Le président de la République a aussi obtenu le soutien de Jean-Pierre Raffarin, figure incontournable de la droite, pour les élections européennes

Une cassure avec François Hollande

Cette relation entre Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron contraste avec celle entretenue entre le chef de l'État et François Hollande. Longtemps considéré comme son mentor en politique, François Hollande multiplie les tacles envers son successeur à l'Élysée.

"À vouloir tout bousculer, tout s'est arrêté", indique celui qui a été président de 2012 à 2017. Dans un entretien au Parisien, il ajoute : "Mais un mandat dure cinq ans, évitons de porter des jugements définitifs. Tout président peut toujours opérer des corrections, moi-même, j'en ai fait. Pour ma part, si j'interviens à l'occasion de la nouvelle édition de mon livre, c'est pour alerter". 

Il ne s'arrête pas là. "Je sais qu'ils se voient assez régulièrement et qu'Emmanuel Macron est aujourd'hui plus proche des idées de Nicolas Sarkozy que des miennes que ce soit socialement ou fiscalement", déplore-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy Emmanuel Macron Élysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants