1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pécresse, Wauquiez, Bertrand... Le tacle de Sarkozy sur leurs chances à la présidentielle
1 min de lecture

Pécresse, Wauquiez, Bertrand... Le tacle de Sarkozy sur leurs chances à la présidentielle

L'ancien chef de l'État ne s'est pas montré tendre envers ses anciens collègues des Républicains.

Nicolas Sarkozy, le 22 novembre 2017
Nicolas Sarkozy, le 22 novembre 2017
Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
L'administration "n'a pas la culture du résultat", fustige un membre du gouvernement
04:06
L'administration "n'a pas la culture du résultat", fustige un membre du gouvernement
04:07
Pauline De Saint-Rémy & Léa Stassinet

C'est une petite phrase qui en dit long, et elle est signée Nicolas Sarkozy. L'ex-président de la République l'affirme selon Le Figaro : "Ça finira mal à un moment, ça va se retourner et la droite devra être prête".

Problème, l'ancien locataire de l'Élysée n'est vraiment pas sur qu'elle le soit. En témoigne ce petit scud lâché dans le secret de l'une de ses rencontres avec un jeune élu des Républicains. À propos de tous les prétendants à la prochaine élection présidentielle, Nicolas Sarkozy estime tout simplement qu'ils n'ont pas le niveau. 

Un message notamment adressé à Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou encore Bruno Retailleau : "Ils ne sont pas loin d'être Président, ils en sont très loin", a lancé l'ancien chef de l'État. 

Il y a quelques jours Nicolas Sarkozy avait déjà piqué le président du parti Laurent Wauquiez, à propos des élections européennes. Selon le Canard Enchaîné, il estimait que le choix du chef des Républicains d'avoir placé François-Xavier Bellamy comme tête de liste "risque d'être le dernier. Une partie des électeurs de droite, tentée par le Rassemblement national, une autre par Macron. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la tête de liste n'a rien de populaire. C'est un choix de niche pour un parti qui tente de sauver les meubles alors que la maison brûle", aurait-il fustigé. 

À lire aussi

Selon lui, Laurent Wauquiez aurait du lui-même se lancer dans la bataille. "Un chef qui se soustrait est un chef qui disparaît", avait prédit l'ancien président de la République.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/