3 min de lecture Réforme des retraites

Emmanuel Macron : sa stratégie pour "ne pas se prendre de face le mur du 5 décembre"

ÉDITO - À dix jours de la grande grève du 5 décembre, Emmanuel Macron a creusé plusieurs trous pour anticiper les mobilisations.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Emmanuel Macron a une stratégie pour ne pas se prendre de face le mur du 5 décembre Crédit Image : FRANCOIS NASCIMBENI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Esther Serrajordia

Le 5 décembre approche. Dix jours avant les grèves de la SNCF et de la RATP, le Premier ministre Edouard Philippe reçoit ce lundi 25 novembre et demain les syndicats et le patronat pour un dernier tour de piste. Est-ce qu'on y voit plus clair dans la stratégie du gouvernement pour la réforme des retraites

Emmanuel Macron a creusé plusieurs trous avec l'espoir que les syndicats tombent dedans. C'est une stratégie pour ne pas se prendre de face le mur du 5 décembre, comme l'a baptisé l'un de ses conseillers de l'Elysée. 

Le premier piège est de marteler, de répéter que le 5 décembre est une grève ultra-catégorielle : c'est la grève de la SNCF et de la RATP, de ceux qui veulent garder leurs régimes spéciaux. Emmanuel Macron exploite la seule idée qui met presque tous les Français d'accord : il n'est pas normal que des cheminots partent à la retraite avant tout le monde. En ciblant ces régimes, ceux que Richard Ferrand désigne comme des pleurnichards, le gouvernement veut aussi les isoler et éviter les grèves par procuration ou par opportunité. Il veut désamorcer la pompe à protestation. 

Ne rien dire sur ses intentions

Pour un responsable de la majorité, il y a clairement une volonté chez certains d'agglomération et de bordelisation. Le 5 décembre ce sont donc les régimes spéciaux qui se rebiffent, pas la grève des policiers mécontents, du personnel des hôpitaux qui n'en peuvent plus, des enseignants ou des "gilets jaunes" qui aimeraient toujours qu'Emmanuel Macron s'en aille. Cela ne permettra pas de désamorcer une partie du conflit, mais de passer le mois de décembre peut-être, en tout cas c'est l'espoir du gouvernement. 

À lire aussi
Laurent Pietraszewski à l'Assemblée nationale réforme des retraites
Coronavirus : "Pas au chômage technique", Pietraszewski a de nouvelles missions

Le deuxième piège tendu par Emmanuel Macron, c'est de ne toujours rien dire sur ses intentions. Il l'a confirmé en fin de semaine : le 5 décembre est quelque chose d'étrange. Il va y avoir une mobilisation massive pour une réforme dont on ne connait pas les termes exacts. Dans une négociation, on appelle ça "promener le chien" : discuter, discuter sans jamais sortir du bois. 

Mais là, tout le monde semble lassé de cette attente : la CFDT, le patronat ou même le proche du président Alain Minc qui presse le gouvernement de dire enfin ce qu'il veut faire. Parce que le flou et les hésitations ont fini par faire douter tout le monde de la pertinence de ce régime universel : on a perdu l'opinion de notre faute, reconnaît un proche d'Emmanuel Macron. 

Donner le sentiment que la situation est bien maîtrisée

Une majorité de gens se demande aujourd'hui s'il n'y a pas une entourloupe qui pourrait personnellement les toucher. C'est l'effet anxiogène d'une trop longue attente. Pour contre-carrer cet effet, le Premier ministre devrait préciser le calendrier de la réforme et ce qui reste à discuter, demain, à l'issue des discussion avec le syndicat et le patronat. 

Le sentiment que veut donner Emmanuel Macron est que la situation est bien maîtrisée. Mais l'inquiétude reste bien présente autour de lui. Plusieurs responsables de la majorité voient le 5 décembre comme un test pour savoir s'ils sont bien solides. D'ailleurs, c'est informations de RTL, le parti En Marche va réactiver ses adhérents comme il l'avait fait au début des "gilets jaunes". 

La République en Marche va demander à ses responsables, à ses militants sur le terrain partout en France de lui remonter leurs impressions : ce qu'ils voient et ce qu'ils entendent. Il s'agit de bien sentir les choses le 5 décembre, de voir si les Français suivent plutôt le gouvernement ou les grévistes. Car, comme le reconnaît un ministre, on ne sait pas quel est le niveau de fragilité sociale. Personne ne sait le dire. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Politique Grève
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants