3 min de lecture Greffe

Emmanuel Macron : Bernard Mourad confie ne plus reconnaître "son ami'

Vanity Fair publie cette semaine une interview de Bernard Mourad, un proche du président qui déplore la transformation de son ami sous "le poids de la fonction".

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Santé : un ver marin pour révolutionner la greffe d'organes ? Crédit Image : Ludovic MARIN / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot et Paul Véronique

Dans ce contexte de grogne sociale, je vous conseille vivement ce matin de lire Vanity Fair. Grand entretien avec Bernard Mourad, l'un des très proches du président. "L'un des derniers, écrit le magazine qui ose encore lui parler cash." Banquier, nouveau patron de Bank of America en France, Bernard Mourad est l'un de ceux qui a accompagné Emmanuel Macron dans sa conquête du pouvoir.


De Bercy à l'Élysée, dans l'ombre la plupart du temps. En lui présentant des journalistes, des grands patrons, c'est à lui aussi que le candidat Macron doit son programme santé. La gratuité des lunettes et des prothèses auditives, les mesures lui ont été soufflées par le frère aîné de Bernard Mourad, un médecin, interniste, et professeur à l'hôpital de Bobigny.

Deux ans plus tard, les deux hommes continuent d'échanger des textos, le jour comme la nuit. "Mais aujourd'hui, Mourad, écrit Vanity Fair, ne reconnaît plus son ami, ce dirigeant arrogant estampillé président des riches". Il cherche des explications : "le poids de la fonction, de la technocratie qui l'ont sans doute, dit-il, entraîné dans cette absconse réforme de la taxe d'habitation."

"Le sommet, dit-il, a été atteint avec la gestion calamiteuse de l'affaire Benalla". Mourad, qui sent alors la grogne monter, envoie alors "Wake up" (réveille-toi) au président. Le chef de l'État lui répond qu'il n'y est pour rien. "Ils ont, poursuit Bernard Mourad, perdu la boule, ils ne voient plus clair, le pouvoir les transforme." C'est passionnant, éclairant aussi. À lire donc dans Vanity Fair.

À lire aussi
Le coût de l'opération s'élève à 6.000 euros animaux
Lyon : Tara est le premier chat greffé de France

L’Obs, toujours, qui fait sa "une" ce jeudi 22 novembre sur le conflit des gilets jaunes. "À leurs yeux, explique le sociologue Alain Touraine, Emmanuel Macron est devenu l'incarnation d'une élite abhorrée."

Un ver pour révolutionner le don d'organe ?

Un ver marin de 15 centimètres de long, tout gluant comme son copain le ver de terre. Je vous l'accorde, ce n’est pas très appétissant, mais vous allez voir de quoi il est capable. C'est à lire ce matin dans L’Obs. Un chercheur, spécialiste de biologie marine, s'est aperçu il y a quelques années que le sang de l'Arenicola marina, c'est le nom de ce ver, était capable de fixer 40 fois plus d'oxygène que notre sang à nous.


Immédiatement, ce scientifique se dit qu'une telle découverte peut révolutionner certains domaines de la santé, notamment celui des transplantations. Tout l'enjeu dans ce type d'opération c'est en effet de réduire au maximum les délais, pour éviter justement que l'organe, le greffon, ne soit trop longtemps privé d'oxygène.

Franck Zal ouvre donc son laboratoire et met au point HEMO2Life, un adjuvant, créé à partir du sang de notre fameux ver, qui permet de conserver un organe bien plus longtemps. "Actuellement, explique-t-il, la moitié des greffons utilisés posent problème, parce que des zones ont été abîmées quand ils ont été coupés de la circulation sanguine et donc privés d'oxygène". L'organe dure alors moins longtemps.

Résultat : certains malades en sont à leur quatrième greffe de rein. Un organe plongé dans le sang de ce ver c'est aussi l'assurance d’un rétablissement plus rapide pour les malades. Les tests l'ont montré, les receveurs à qui on avait greffé ce type de rein par exemple sont sortis de l'hôpital au bout de sept jours.

Les autres, ceux qui avaient eu droit à une greffe normale, ont attendu plusieurs semaines. Enfin, avec ce produit révolutionnaire on peut aussi imaginer plus de greffes : plus d'organes disponibles et des délais d'attente moins longs pour les malades. Souvent, la distance, le temps entre le prélèvement et l'implantation, sont des obstacles. Ce n’est pas rien quand on sait qu'aujourd’hui en France ce sont 6.000 greffes qui sont pratiquées chaque année, pour 24.000 patients en attente d'organe. À lire dans L'Obs donc.

Une carte de France des bêtes de sexe

Ce même Emmanuel Macron qui fait cette semaine la une du Point. "Est-il Hollande ou Thatcher ?", se demande l'hebdomadaire qui liste les réformes qui ne peuvent plus attendre. Le Point qui publie aussi, ça n'a rien à voir mais je suis sure que cela risque d'alimenter bien des conversations, une carte de France des bêtes de sexes. Carte réalisée à partir des achats de préservatifs et de sextoys en grandes surfaces.

Paris arrive très largement premier avec un indice de 176. Suivent ensuite la Haute-Garonne, le Rhône, le Territoire de Belfort. En queue de peloton, si j'ose dire, la Creuse en bonne dernière.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Greffe Médecine Hôpitaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants