2 min de lecture Institutions

Élections municipales : ce qui change en 2020 pour les maires

Le Parlement avait renforcé la protection des maires pour encourager notamment les candidatures aux municipales. Formation, sécurité juridique, frais de garde... Tour d’horizons des nouvelles dispositions.

La maire de Baubigny, village du centre de la France (illustration)
La maire de Baubigny, village du centre de la France (illustration) Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

À la mi-décembre, le Parlement avait renforcé la protection des maires pour encourager notamment les candidatures aux municipales. En effet, le scrutin sera marqué par le manque de candidats, voire leur absence, dans certaines communes. En cause, une chute des vocations pour un mandat certes local mais qui nécessite une investissement constant, aves des responsabilités lourdes qui incombe au maire. 

Aucune mesure spectaculaire dans le texte gouvernemental, mais un éventail de dispositions pour faciliter la vie des élus, essentiellement des communes rurales, ont été adoptées. En voici les principales.

De meilleures conditions de travail et de formation

- Les salariés bénéficieront de 10 jours de congés sans solde pour faire campagne pour "concilier vie personnelle et professionnelle et engagement local".

- Les frais de garde des enfants en bas âge seront pris en charge lors des réunions obligatoires (conseils municipaux...). Objectif : encourager les femmes et plus généralement les actifs à se porter candidats.

À lire aussi
Le Sénat, le 9 juillet 2018. politique
Coronavirus : comment le Sénat organise son déconfinement

- L'accès à la formation des nouveaux élus sera facilité dès le début de leur mandat pour renforcer leurs compétences, notamment en matière de gestion des finances publiques.

Plus de protection, plus de facilité

- Les indemnités des élus seront revalorisées avec un dispositif gradué automatique. Soit, par exemple, environ 2.000 euros bruts contre 1.672 actuellement pour les communes de 1.000 à moins de 3.500 habitants.
- Pour alléger les formalités et faciliter la prise de décision, le seuil de mise en concurrence pour la conclusion des marchés publics est par ailleurs relevé de 25.000 à 40.000 euros, selon un décret paru mi-décembre au Journal officiel. Au-dessous de cette limite, le maire a pour seules obligations de faire bonne utilisation de l'argent public et de ne pas contracter systématiquement avec le même opérateur.

- La commune devra désormais contracter une assurance pour assurer une protection juridique au maire en cas de litige qui relève de son mandat, comme un manquement à une obligation de sécurité. Dans les communes de moins de 3.500 habitants, l'État prendra ces frais en charge.

Un pouvoir renforcé

- Pour sécuriser ses décisions, le maire pourra demander l'avis du préfet en amont sur la faisabilité juridique d'un projet.

- Les maires voient leur rôle renforcé dans le cadre des intercommunalités où les élus des petites communes se sentent dépossédés de leur pouvoir de décision. Un "conseil des maires" est instauré pour plus de discussions. 

- Le pouvoir de police des élus est également renforcé pour leur permettre de faire respecter leurs décisions. Le maire pourra infliger des amendes administratives, prononcer des astreintes, imposer une mise en conformité ou des fermetures de locaux dans une série de cas qui gênent le quotidien des habitants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Institutions Élections municipales Élections
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants