2 min de lecture EELV

EELV : Pour Jean-Vincent Placé, le parti écologiste est "une structure morte"

Après le départ de François de Rugy, le sénateur écologiste critique son propre parti. Toutefois, Jean-Vincent Placé n'a pas annoncé s'il quittait Europe Écologie les Verts.

Le député vert Jean-Vincent Placé aux journées du Front démocrate et Génération Écologie à La Rochelle le 27 juillet 2015
Le député vert Jean-Vincent Placé aux journées du Front démocrate et Génération Écologie à La Rochelle le 27 juillet 2015 Crédit : XAVIER LEOTY / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
et AFP

Europe Écologie les Verts n'a pas la cote en ce moment. Et surtout du côté de ses propres responsables politiques. Après le claquement de porte de François de Rugy jeudi 27 août, c'est au tour de Jean-Vincent Placé de taper sur son parti. 

Le sénateur a qualifié jeudi EELV de "structure morte", tout en refusant de dire avant vendredi matin s'il quitterait la formation. En début de mois, il avait toutefois déjà menacé de quitter Europe Écologie les Verts, furieux du rapprochement de son parti avec le Front de gauche pour les élections régionales.

Se rassembler avec le Parti socialiste

Dans une longue charge contre cette stratégie menée notamment par l'ex-ministre Cécile Duflot, l'élu écologiste s'est dit "sidéré" du manque de soutien d'EELV à François Hollande, sur les questions de climat notamment. Il a multiplié les appels au rassemblement de la gauche modérée. 

"Il y a urgence et il y a le feu à la maison de la gauche et des écologistes. Il est encore temps de rassembler, il faut le faire sur le fond, sur les projets", a-t-il dit lors des journées du Front démocrate et Génération Écologie à La Rochelle. 

Il y a le feu à la maison de la gauche et des écologistes

Jean-Vincent Placé
Partager la citation
À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon lors de l'Assemblée représentative de la France Insoumise le 23 juin 2019 La France insoumise
Municipales 2020 : Mélenchon ne veut pas "tourner le dos" aux autres partis

"J'ai trop cru à la force des partis, j'ai longtemps cru à ça, aux accords intermédiaires, aux protocoles. Je crois que c'est totalement fini tout ça. EELV, on y est ou on y est pas, ça c'est un débat qui sera évidemment là, mais au fond c'est déjà une structure morte", a-t-il dit. 

Placé réclame plus de soutien à Hollande sur la question du climat

Pressé par la presse de dire s'il resterait membre d'EELV, Jean-Vincent Placé a réservé sa réponse à vendredi matin. "Je suis sidéré que le parti écologiste dont je suis encore membre fasse aussi peu de cas, de ce que fait, oui, et ce n'est pas du cirage de pompes, de ce que fait le président de la République, ce que font le gouvernement et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius sur la question du climat", "un sujet qui est fondamental pour les écologistes", a-t-il lancé. 

Le sénateur a également critiqué la constitution de listes communes EELV-Front de gauche dans plusieurs régions."En Nord-Pas-de-Calais-Picardie (...) on va fracturer la gauche dans un endroit où Marine Le Pen peut l'emporter ? Et Xavier Bertrand qui n'est quand même pas le plus sympathique et le plus modéré des Républicains ?". Il a qualifié de "fondamentale" la stratégie de l'union. 

François de Rugy, quant à lui, jusqu'alors l'une des principales figures d'Europe Écologie-Les Verts, a quitté le parti en l'accusant de "dérive gauchiste". Sa décision aggrave la crise qui touche le mouvement écologiste profondément divisé sur la participation au gouvernement et l'alliance avec le Front de gauche aux régionales. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
EELV Jean-Vincent Placé Université d'été PS
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants