1 min de lecture Gilets jaunes

Édouard Philippe souhaite une "loi nouvelle" durcissant les sanctions contre "les casseurs"

Après le huitième acte des "gilets jaunes", où des scènes de violence ont une nouvelle fois été observé, le Premier ministre fait une série d'annonces pour durcir le "dispositif d'ordre public".

Édouard Philippe au 20 heures le 7 janvier 2019
Édouard Philippe au 20 heures le 7 janvier 2019 Crédit : ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Face à une nouvelle série de violences lors de l'acte 8 des "gilets jaunes", l'exécutif a annoncé de nouvelles mesures, réclamées notamment par les syndicats de policiers, ce lundi 7 janvier.

Forces de l'ordre attaquées, l'Arc de Triomphe tagué, quartiers de Paris vandalisés, manifestants blessés ou encore ministère attaqué...  Les images de violences lors ou en marge de manifestations ont fait le tour du monde depuis le début du mouvement mi-novembre. Dans ce contexte, Édouard Philippe a annoncé une "loi nouvelle" afin de durcir les sanctions contre "les casseurs" mais aussi contre les manifestations non-déclarées. 

"Les pratiques, les méthodes utilisées de ceux qui veulent caillasser changent. Donc, on doit changer de méthode (...) Si on veut défendre la liberté de manifester, je crois qu’il faut faire évoluer notre droit et compléter nos dispositions", explique le Premier ministre qui assure que cette question se pose depuis "plusieurs mois" dans les rangs de l'exécutif. 

Il faut sanctionner ceux qui ne respectent pas les libertés de manifester

Édouard Philippe
Partager la citation

Une loi qui permettra ainsi de "sanctionner ceux qui ne respectent pas les libertés de manifester" alors que le Premier ministre souhaite également faire en sorte que la "responsabilité civile" des casseurs soient plus importante.

Une loi calquée sur la lutte contre le hooliganisme ?

À lire aussi
Marine Le Pen à Fréjus, le 15 septembre 2019 Présidentielle 2022
Marine le Pen, "Plus forte qu'en 2017, mais aussi plus seule", selon Olivier Bost

Cette nouvelle loi doit muscler l'arsenal répressif en créant notamment, sur le modèle de la lutte contre le hooliganisme, un "dispositif" interdisant l'accès aux manifestations de casseurs identifiés avec la création d'un fichier dédié, a précisé Matignon.

Une chose est sûre, Édouard Philippe et son gouvernement assurent que les casseurs "n'auront pas le dernier mot". "Nous veillons à garantir l'ordre public auquel nous sommes tous attachés (...) Il faut protéger la liberté de manifester et sanctionner ceux qui veulent enfreindre cette liberté". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Édouard Philippe Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants