1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Présidentielle 2022 : une campagne très violente, comme toujours
2 min de lecture

ÉDITO - Présidentielle 2022 : une campagne très violente, comme toujours

Les faits de violences ou encore les intox lancées donnent l'impression que la campagne de 2022 est particulièrement violente. Mais en étudiant les élections passées, on observe une forme de continuité.

Des violences avaient éclaté lors du meeting d'Eric Zemmour à Villepinte, le 5 décembre
Des violences avaient éclaté lors du meeting d'Eric Zemmour à Villepinte, le 5 décembre
Crédit : COLIN BERTIER, AURELIA MOUSSLY, LAURA DIAB / AFP
Une campagne très violente... comme toujours!
02:57
L'Edito Politique du 24 décembre 2021
02:57
William Galibert - édité par Victor Goury-Laffont

Ce début de campagne est marqué par une grande violence. Depuis le début du mois de décembre, nous avons vu : des bagarres en plein meeting, des journalistes bousculés, insultés, leur matériel volé. Nous avons aussi vu des lieutenants, ceux de Jean-Luc Mélenchon et d’Éric Zemmour, qui s’insultent dans les coulisses d’une émission de télé. Des imbéciles d’ultradroite qui se filment en pleine séance de tir sur l’effigie du Président ou sur les portraits d’élus de la France Insoumise.
Sur les réseaux sociaux, des torrents de boue ont été versés. Imaginez quand même que Brigitte Macron va finir par porter plainte après des centaines de messages qui l’accusent de dissimuler son identité, est d’être en réalité un homme. On en est là, et on n’est même pas encore entré dans le vif du sujet et dans le vif cette campagne.

Il y a 5 ans, l’affaire Fillon avait agité la campagne, mais Emmanuel Macron s’était fait élire en disant "non, chez moi, dans mes meetings, on ne siffle personne" et en promettant toujours plus de bienveillance. L'impression d’un cran supplémentaire qui a été franchi est forte, mais si on remonte un peu plus loin, on réalise que la violence est toujours là, et qu’elle a toujours été là.

Une violence toujours présente

 La violence verbale entre candidats, la haine viscérale entre camps rivaux, on n’a pas attendu 2022. Des drames aussi, il y en a eu beaucoup, comme le meurtre d’un militant du PS à coups de couteaux parce qu’il arrachait une affiche du Front National en 1986.

Il y a aussi une violence qui gravite autour des campagnes électorales. Souvent, d’ailleurs, elle se sert de l’imminence d’un vote pour s’exprimer avec encore plus d’impact. C’est la tuerie au conseil municipal de Nanterre, à 3 semaines du 1er tour en 2002, où 8 élus de la ville sont tués et des dizaines sont blessés. La prise d’otage dans la grotte d’Ouvea, en Nouvelle-Calédonie, juste avant le vote en 1988.

À écouter aussi

Dans le journal Le Parisien, un historien rappelle même que dans les années 30 ou encore plus loin, à la fin du XIXe siècle, au moment de l’affaire Dreyfus, la vie politique était beaucoup plus violente que maintenant.

Ça n’excuse rien, mais ça permet de voir que cette violence s’adapte simplement à son époque. Elle en exploite les outils comme aujourd’hui les réseaux sociaux ou les images en boucle sur les chaînes info. Mais en terme de climat délétère, on n’a rien inventé et on est même dans une forme de continuité.

Est-il possible d'agir ? La loi peut dissoudre les groupuscules extrémistes, ceux qui profitent de la campagne pour en découdre. Elle tâtonne encore pour calmer les esprits sur les réseaux sociaux, pour sanctionner les insultes, les menaces et les outrances. Mais ces réseaux sont un miroir grossissant, déformant, un déversoir, utilisés par une minorité, alors on peut aussi tous s’y mettre, ce soir à table, débattons avec passion, mais comme dirait l’autre, "ne nous fâchons pas".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/