1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon déroule toujours la même campagne
2 min de lecture

ÉDITO - Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon déroule toujours la même campagne

Jean-Luc Mélenchon déroule toujours la même campagne. Nous savons même déjà ce qu’il fera au soir du premier tour.

Jean-Luc Mélenchon, le 13 février 2022.
Jean-Luc Mélenchon, le 13 février 2022.
Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
ÉDITO - Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon déroule toujours la même campagne
00:03:16
ÉDITO - Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon déroule toujours la même campagne
00:03:16
L'Edito Politique Olivier Bost
Olivier Bost - édité par William Vuillez

Jean-Luc Mélenchon est comme un vieil artiste qui redonne le même spectacle à chaque présidentielle. Un anticapitalisme assumé, un programme pléthorique, 1.500 pages ça fait sérieux. Pour ce cru 2022, il a achevé sa conversion écolo. Jean-Luc Mélenchon, c’est le meilleur orateur dans des meetings en plein air impressionnants. Les mêmes ficelles produisent les mêmes effets, Jean-Luc Mélenchon attaque toujours bas et monte.

En gros depuis 2012, il a toujours à l’issue de sa campagne, doublé son score de départ. En 2017, il était passé de 9,5 à 19,5%. En 2022, il est passé de 8% à 15,5% dans notre sondage du jour BVA/Orange pour RTL. La dynamique est bonne mais une qualification au second tour est encore lointaine : 5,5 points derrière Marine Le Pen. Pour l’instant, la même issue se dessine et déjà nous savons ce que Jean-Luc Mélenchon va faire pour le second tour.

Il a beau répéter : "Cette présidentielle, je la sens bien", ou qu'il est "le pire cauchemar d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen", il a quand même évoqué une élimination au soir du premier tour dans une interview cette semaine dans le quotidien Le Télégramme. Il consultera les 310.000 personnes qui ont soutenu sa candidature pour savoir ce qu’ils feront pour le second tour. Une formule trop ouverte que son entourage a été obligé de préciser : dans les options, il n’y a pas de soutien à Marine Le Pen

Mélenchon refuse qu'on lui dise ce qu’il a à faire

Cette clarification n’en est pas vraiment une, choisir de voter Emmanuel Macron ou choisir de s’abstenir, ça n’a pas la même conséquence électorale. Dans le premier cas il s’agit de faire barrage à l’extrême droite, dans le second cas, vous laissez les autres choisir. Yannick Jadot, le candidat écolo à la peine, a sauté sur l’occasion jeudi pour dénoncer une nouvelle ambiguïté de Jean-Luc Mélenchon. 

Mais la dernière fois en 2017, le candidat de la France insoumise avait fait la même chose. 5 longs jours après le premier tour qu’il avait très mal digéré, il avait dit qu’il ne voterait pas Front national mais que tout le monde pouvait faire ce qu’il voulait et c’est l’abstention qui l’a emporté chez ses soutiens. Que Jean-Luc Mélenchon se sente piégé par un vote obligatoire pour Emmanuel Macron peut se comprendre, il refuse qu’on lui dise ce qu’il a à faire. 

Mais derrière cette insoumission, il y a aussi des électeurs qui partent dans tous les sens. Dans notre sondage BVA pour RTL, un peu moins de la moitié des électeurs de Jean-Luc Mélenchon au second tour s’abstiendrait. Presque un tiers voterait pour Marine Le Pen et un quart pour Emmanuel Macron. Prendre position pour Jean-Luc Mélenchon c’est diviser son électorat. Et Jean-Luc Mélenchon, ça reste la stratégie d’un seul homme. La France insoumise c’est lui et après chaque défaite, même avec un score honorable, Jean-Luc Mélenchon n’a pas rassemblé la gauche. Il resserre les rangs autour de lui, c’est sa force et sa principale faiblesse.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.