1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Présidentielle 2022 : dimanche, 20h01, le plus dur commence
2 min de lecture

ÉDITO - Présidentielle 2022 : dimanche, 20h01, le plus dur commence

Pour Emmanuel Macron comme pour Marine Le Pen, le discours de victoire dimanche soir sera plus délicat que celui des élections précédentes.

Marine Le Pen et Emmanuel Macron briguent la présidence de la République française le 24 avril 2022
Marine Le Pen et Emmanuel Macron briguent la présidence de la République française le 24 avril 2022
Crédit : AFP
ÉDITO : dimanche, 20h01, le plus dur commence
00:03:08
ÉDITO : dimanche, 20h01, le plus dur commence
00:03:08
L'Edito Politique Olivier Bost
Olivier Bost - édité par William Vuillez

À 20h01 dimanche soir, le plus difficile commence. Le message que portera celle ou celui qui sera élu se devra d’être subtil et réussi, tout à la fois victorieux et empreint de modestie. Pour Marine Le Pen, ce sera la première victoire de l’extrême droite à l’élection suprême. Pour Emmanuel Macron, il sera le premier président sortant réélu sans cohabitation. Dans les 2 cas, ce sera inédit sous la Ve République.

L’un ou l’autre pourra donc se réjouir d’un exploit déjà historique. Emmanuel Macron a prévu de voir les choses en grand, en très grand, sur l’esplanade du Champ-de-Mars à Paris. Marine Le Pen elle, a prévu une tournée dans Paris de ses bus de campagne, floqués de sa photo façon équipe de football qui remonte les Champs-Élysées. Le plus important n’est pas là bien entendu, mais dans ce qu’ils diront. L’un et l’autre auront besoin dans leur discours de marquer leur victoire (ou d’évoquer une défaite promesse de victoires futures).

Dans une campagne sans élan, ils doivent maintenant trouver une dynamique pour ne pas être affaibli dès le lundi matin. Ce message du dimanche soir sera plus délicat que ceux des élections précédentes parce que les candidats provoquent plus de rejet que d’espoir, le déséquilibre est flagrant. Or, lors de l’élection présidentielle, le gagnant devient ou redevient, à l’issue de la campagne, le président de tous les Français. 

L’élection impose l’idée qu’un choix s’impose

Ce n’est pas seulement une formule, il y a l’idée que la bataille électorale a effectivement tranché sur un projet et qu’il faut que ce projet soit désormais, sinon partagé, au moins accepté par le plus grand nombre. L’élection ne met pas tout le monde d’accord mais elle impose l’idée qu’un choix s’impose. Les gagnants comme les défaits l’acceptent puisque la prochaine fois, ce sera peut-être leur tour. En attendant, l’intérêt du pays l’emporte.

À écouter aussi

Là, vous l'avez bien compris, ce n’est pas tout à fait cette ambiance. Le bloc central qui absorbe tout face au bloc d’extrême droite, ça ne prête pas beaucoup à une compréhension mutuelle. Le malaise se voit très bien dans les chiffres de notre sondage BVA de ce vendredi matin : 2 Français sur 3 ne veulent pas qu’Emmanuel Macron, s’il est réélu, dispose d’une majorité à l’Assemblée. 57% des électeurs de Marine Le Pen la choisissent d’abord pour se débarrasser d’Emmanuel Macron. 

La voilà toute la difficulté du discours de dimanche soir. Emmanuel Macron doit être très clair sur ce qu’il veut pour l’organisation de sa majorité, pour la façon dont il veut exercer le pouvoir et sur ce qu’il veut vraiment faire. Jeudi, il a commencé à l’esquisser sans grande précision : "Nous devons avoir une posture d’écoute, d’ambitions élargies", a-t-il dit. Si le résultat est celui que mesure les sondages ce vendredi matin, nous aurons la suite dimanche.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/