1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Nouveau rapport du GIEC : toutes les guerres de demain
2 min de lecture

ÉDITO - Nouveau rapport du GIEC : toutes les guerres de demain

Avec la publication du nouveau rapport du GIEC lundi, les scientifiques alarment sur les conséquences désastreuses du réchauffement climatique, qui pourraient causer une insécurité mondiale et des guerres.

La sécheresse (illustration)
La sécheresse (illustration)
Crédit : Himanshu SHARMA / AFP
Nouveau rapport du GIEC : toutes les guerres de demain
00:02:58
Nouveau rapport du GIEC : toutes les guerres de demain
00:02:58
L'Edito Politique Olivier Bost
Olivier Bost - édité par Quentin Marchal

Un rapport aux résultats alarmants. Avec le dernier pré-rapport du GIEC, le catalogue de toutes les guerres futures liées à l'environnement a été publié lundi 28 février. 270 spécialistes du climat, qui ont compilé 34.000 études scientifiques, ont analysé les impacts très concrets du réchauffement climatique, actuels et à venir.

Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, a qualifié le document "d’atlas de la souffrance humaine". Ce rapport nous explique que plus de 3 milliards de personnes, soit près d'un humain sur deux, habitent dans une région hautement vulnérable au changement climatique. Et que plusieurs centaines de millions de personnes seront touchées de manière intenable.

Chaleurs insupportables, manque d’eau, famines, maladies, incendie, inondations... de nombreux scénarios sont apocalyptiques. D'autant que le pire paraît désormais inéluctable. Jusque-là, les scientifiques du GIEC avaient été optimistes en voulant qu’on limite à 1,5 degré le réchauffement de la planète. Mais nous atteindrons ce résultat dans moins de 10 ans et ce, même si nous agissons, ce que nous ne faisons pas aujourd’hui.

Le spectre d'une très grande insécurité mondiale

Pour réduire les dégâts, il faut à la fois réduire nos gaz à effet de serre très vite et se préparer à vivre sur une planète moins vivable très vite. Si cela vaut pour les régions les plus sévèrement touchées comme l’Afrique, l’Asie, l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord, cette tendance est également valable pour l'Europe, où nous n’avons pas ce sentiment d’urgence.

À écouter aussi

L’eau coule encore au robinet, les canicules sont encore supportables et nous sommes un continent riche, ce qui aide aussi. Mais ça ne durera pas. Les canicules, sécheresses, inondations et incendies vont causer l'effondrement de l'agriculture tandis que des centaines de millions de personnes vont fuir leur continent.

À la clé, c’est une instabilité géopolitique sans commune mesure avec ce que nous vivons aujourd’hui. Autrement dit, une très grande insécurité mondiale et donc des guerres. À quarante jours du premier tour de la présidentielle, nous retrouvons toutes les peurs que véhicule cette question du climat dans la campagne : la peur de l’effondrement économique, la peur d’une immigration incontrôlable et la peur d’une planète invivable.

Seuls les écolos font un lien entre toutes ces questions pour n’en faire qu’une seule solution : l’écologie. Mais tous les candidats, à leur façon et volontairement ou pas, appuient leur campagne sur ces angoisses.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/