2 min de lecture Nicolas Sarkozy

Écoutes de Sarkozy : la semaine où l'ex-Président est sorti de son silence

DÉCRYPTAGE - Les révélations de "Mediapart", l'offensive de son avocat, sa tribune dans le "Figaro"... La semaine a une fois de plus été parasitée par les affaires entourant Nicolas Sarkozy.

Une conversation entre Nicolas Sarkozy et son avocat est à l'origine d'une enquête pour trafic d'influence.
Une conversation entre Nicolas Sarkozy et son avocat est à l'origine d'une enquête pour trafic d'influence. Crédit : AFP / CLEMENS BILAN
Héloïse Leussier
Héloïse Leussier
Journaliste RTL

Même en retrait de la vie politique, il continue de dicter le tempo. À l'approche des élections municipales, l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy a rythmé l'agenda politique de la semaine. S'il peut toujours compter sur le soutien des électeurs de droite, l'ancien Président a été contraint de sortir de son silence après les nouvelles révélations sur les enregistrements judiciaires dont il est l'objet.

Lundi, des sondages favorables

La semaine avait pourtant bien démarré pour Nicolas Sarkozy. Lundi, on apprenait qu'il restait le candidat préféré de 62% des sympathisants UMP. Gagnant deux points par rapport à novembre 2013, il reste loin devant, Alain Juppé, plébiscité par 18% des personnes interrogées.

La rédaction vous recommande

Mardi, "Mediapart" dégaine les enregistrements

"Ces bâtard de Bordeaux", telle est l'expression utilisée par l'avocat de Nicolas Sarkozy pour qualifier les juges chargés de l'affaire Bettencourt, et qui restera comme l'une des expressions chocs révélées par Mediapart.

La rédaction vous recommande

Le site d'information en ligne a divulgué mardi la teneur des écoutes judiciaires dont fait l'objet l'ex-chef de l'État. Des extraits qui confortent les soupçons qui pèsent sur Nicolas Sarkozy, qui aurait tenté, par le biais d'une "taupe" auprès de la Cour de cassation, d'intervenir dans le processus judiciaire, notamment sur l'affaire Bettencourt.

>
VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Le retour en force de l'hystérie anti-Sarkozy" Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande

Mercredi, la riposte de son avocat

À lire aussi
Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy à Saint-Raphaël le 15 août 2019 lors de la commémoration du débarquement de Provence Emmanuel Macron
Les infos de 12h30 - Débarquement de Provence : Macron et Sarkozy tout sourire

Fortement mis en cause par ces révélations, l'avocat de l'ex-Président, Thierry Herzog est passé l'offensive mercredi par le biais d'une lettre au procureur de la République.

Dans ce courrier rendu public, il assure qu'il n'a bénéficié "d'aucun avantage particulier" et affirme qu'il était en droit d'avoir les documents dont il disposait. Mais il se garde bien de dire si, oui ou non, c'est le haut magistrat Gilbert Azibert qui lui a transmis.

La rédaction vous recommande

Jeudi, une tribune véhémente

"Fini de rire !", écrit-il. Dans une tribune dans le Figaro daté du vendredi 21 mars, Nicolas Sarkozy a décidé de se défendre en prenant lui-même la parole. "Des principes sacrés de notre République sont foulés aux pieds avec une violence inédite et une absence de scrupule sans précédent", dénonce-t-il.

Et de lâcher la phrase qui fera mouche : "ce n'est pas un extrait du merveilleux film La Vie des autres sur l'Allemagne de l'Est et les activités de la Stasi. Il ne s'agit pas des agissements de tel dictateur dans le monde à l'endroit de ses opposants. Il s'agit de la France".

>
Nicolas Sarkozy invente la lettre d'autodéfense Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :

Vendredi, la gauche se fâche

La gauche n'a pas tardé à réagir à la tribune au vitriol de Nicolas Sarkozy. Dès jeudi soir, chacun y est allé de sa critique. Pour Jean-Marc Ayrault, c'est "une grave faute morale", pour Manuels Valls ce sont des "mots violents et outranciers", tandis que Claude Bartolone parle d'un "brûlot insupportable".

De son côté, François Hollande a assuré ne vouloir "répondre à aucune polémique", mais il a tout de même estimé que "toute comparaison avec des dictatures est forcément insupportable".

Les écologistes ont eux dénoncé "une attitude irresponsable", tandis que Jean-Luc Mélenchon a parlé sur RTL d'une "lettre de guerre".

>
VIDÉO - Nicolas Sarkozy "n'est pas crédible" selon Jean-Luc Mélenchon Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

La droite ne s'est pas laissée faire, réagissant dans la surenchère verbale. Une joute de mots pour tenter, probablement, de booster les électeurs à la veille des municipales. Reste à savoir si la stratégie paiera, et au bénéfice de quel camp.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy Parti socialiste UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770673600
Écoutes de Sarkozy : la semaine où l'ex-Président est sorti de son silence
Écoutes de Sarkozy : la semaine où l'ex-Président est sorti de son silence
DÉCRYPTAGE - Les révélations de "Mediapart", l'offensive de son avocat, sa tribune dans le "Figaro"... La semaine a une fois de plus été parasitée par les affaires entourant Nicolas Sarkozy.
https://www.rtl.fr/actu/politique/ecoutes-de-sarkozy-la-semaine-ou-l-ex-president-est-sorti-de-son-silence-7770673600
2014-03-22 19:30:10
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yHjIkdX0oveS1uHOcRb1Pw/330v220-2/online/image/2014/0307/7770232538_une-conversation-entre-nicolas-sarkozy-et-son-avocat-est-a-l-origine-d-une-enquete-pour-trafic-d-influence.jpg