2 min de lecture Les Républicains

Les Républicains : deux Français sur trois jugent que le parti risque d'imploser

La décision de Nicolas Sarkozy d'évincer la numéro 2 du parti Nathalie Kosciusko-Morizet après ses critiques est mal perçue par une grande majorité des Français.

Nicolas Sarkozy et Nathalie Kosciusko-Morizet le 10 octobre 2015.
Nicolas Sarkozy et Nathalie Kosciusko-Morizet le 10 octobre 2015. Crédit : JOEL SAGET / AFP
Marine Cluet et AFP

Quel avenir pour Les Républicains ? Après l'éviction de la numéro 2, Nathalie Kosciusko-Morizet, les Français sont bien pessimistes quant au futur du parti présidé par Nicolas Sarkozy. Selon un sondage Odoxa publié vendredi 18 décembre, 67% des Français pensent que le parti "risque d'imploser". Un comble alors que Les Républicains était censé donner un nouveau souffle au principal parti de droite après le fiasco des élections à la présidence de l'UMP. 

Plus de la moitié des personnes interrogées (54%) ont répondu "oui probablement" à la question "selon, le parti Les Républicains risque-t-il d'imploser ?", et 13% "oui certainement". Au contraire, elles sont 28% à penser "non, probablement pas" et 4% "certainement pas", selon cette enquête réalisée pour Itélé et Paris Match.

Un avis partagé par les sympathisants de gauche comme de droite. Ces derniers sont 61%, dont 46% de sympathisants Les Républicains, à penser que le parti est en mauvaise posture. Soit à peine moins que les sympathisants de gauche, qui sont 72% à le penser. 

Les Français soutiennent NKM

Par ailleurs, 63% des personnes interrogées pensent que la mise à l'écart de Nathalie Kosciusko-Morizet de la vice-présidence du parti, suite à ses critiques sur la ligne du "ni PS, ni FN" pour les régionales, est "une mauvaise décision", contre 36% qui pensent le contraire. Une majorité des sympathisants des Républicains, 57%, désapprouve l'action de Nicolas Sarkozy. Seuls les électeurs du FN sont d'accord avec ce choix. 

La députée de l'Essonne, qui avait affirmé avoir appris son éviction par une dépêche AFP au sortir du bureau politique des Républicains, avait critiqué cette façon de faire : "Penser que le parti se renforce en s'épurant, c'est une vieille idée stalinienne". Elle a été remplacée par le numéro 3 du parti, Laurent Wauquiez, symbole de la droite décomplexée. 

Une alliance du gouvernement avec l'opposition ?

Une stratégie qui a semé la confusion parmi les Français. Sans oublier la bienveillance de Jean-Pierre Raffarin au gouvernement de Manuel Valls. L'ancien Premier ministre a défendu mercredi l'idée d'un "pacte républicain contre le chômage" pour éviter une victoire du FN en 2017. L'actuel locataire de Matignon a exprimé son soutien à cette idée, alors que le gouvernement prépare pour janvier des mesures pour l'emploi et s'est dit prêt à prendre en compte des propositions de la droite.


Une belle alliance qui ne convainc pas les Français. En effet, seulement une courte majorité, 53%, pensent que le gouvernement et l'opposition sont "capables" de travailler ensemble, contre 46%, selon lesquels "ils n'arriveront pas à s'entendre". 

À lire aussi
Rachida Dati, le 24 février 2020 élections municipales à Paris
Municipales à Paris : le retour en force de Dati, entourée de Sarkozy, Baroin et Bertrand

Enquête réalisée les 17 et 18 décembre, auprès d'un échantillon de 1.003 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Sondage Nathalie Kosciusko-Morizet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants