1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Déconfinement : selon Blanquer, "il y a plus de risques à rester chez soi que d’aller à l’école"
1 min de lecture

Déconfinement : selon Blanquer, "il y a plus de risques à rester chez soi que d’aller à l’école"

Le ministre de l'Éducation nationale a voulu rassurer les parents et les enseignants en rappelant que toutes les mesures de sécurité sanitaire ont été prises dans les écoles. Cependant, une phrase a déclenché la colère des internautes.

Jean-Michel Blanquer, à l'Assemblée nationale
Jean-Michel Blanquer, à l'Assemblée nationale
Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad

Une phrase maladroite ? Ce lundi 11 mai est le jour J pour Jean-Michel Blanquer avec la réouverture des classes, restées fermées pendant deux mois. Après plusieurs critiques formulées par les élus sur la complexité de rouvrir les écoles, le ministre de l'Éducation nationale a indiqué dans Le Journal du Dimanche, que "près de 86%" des 50.500 écoles de France vont ouvrir et accueillir "plus de 1,5 million d'enfants".

L'ancien recteur d'académie affiche clairement son objectif : que "tous les enfants aient pu retrouver physiquement leur école au moins une fois d’ici à la fin du mois". Au micro d'Europe 1, Jean-Michel Blanquer tenant à rassurer les parents et les professeurs a déclaré que "ce qu’a dit la société de pédiatrie française, c’est qu’il y a plus de risques à rester chez soi que d’aller à l’école"

Tout en reconnaissant que "le risque zéro n'existe pas", le ministre de l'Éducation nationale a appelé à la prudence. "C'est pourquoi nous avons mis en place des protocoles sanitaires très stricts, précise-t-il. L'école, ce n'est pas quelque chose de secondaire. Il faut être attentif à ne pas faire de dégâts sur une génération entière en la laissant six mois sans école".

Mais la petite phrase est lâchée et provoque un tollé sur les réseaux sociaux. Plusieurs internautes ont interpellé Jean-Michel Blanquer afin de comprendre quel était l'intérêt de s'être confiné pendant deux mois "s'il y a plus de risques à rester chez soi". 

À lire aussi

Le ministre de l'Éducation cite les conclusions évoquées dans un communiqué par la Société des pédiatres de France, publié le 20 mars dernier. "Les mesures de confinement, indispensables à l’endiguement de l’épidémie de Covid-19 que nous connaissons, exposent les mineurs aux violences intrafamiliales et conjugales de façon plus importante", peut-on lire.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/