1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Air France : "Ce référendum crée plus de confusion", regrette Frédéric Cuvillier
1 min de lecture

Air France : "Ce référendum crée plus de confusion", regrette Frédéric Cuvillier

INVITÉ RTL - L'ancien ministre des Transports a déclaré que s'il avait été en exercice, il aurait "déconseillé" à Jean-Marc Janaillac de mettre ce référendum sur la table.

Frédéric Cuvillier, le 21 août 2014 à Paris.
Frédéric Cuvillier, le 21 août 2014 à Paris.
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Crise à Air France : "Ce référendum crée plus de confusion", regrette Frédéric Cuvillier
06:00
L'invité RTL du week-end du 05 mai 2018
03:13
Philippe Robuchon & Léa Stassinet

Air France n'a plus de pilote. Le PDG du groupe, Jean-Marc Janaillac, avait lié son sort à un accord salarial proposé par la direction pour tenter de mettre fin à un long mouvement de grève au sein de la compagnie aérienne. Mais 55,44% des votants ont dit non lors de ce référendum, laissant le groupe en pleine incertitude après la démission de son PDG

Invité sur RTL, l'ancien ministre des Transports Frédéric Cuvillier a jugé que cette "procédure curieuse crée plus de confusion et d'interrogations que n'apporte de solutions". "Alors qu'on assiste à un face-à-face dangereux entre la direction et les syndicats, l'État est réduit à un rôle de simple spectateur", fustige le maire socialiste de Boulogne-sur-mer. 

S'il portait encore la casquette de ministre des Transports, il aurait "déconseillé à Jean-Marc Janaillac de faire ce référendum". "Il faut savoir mouiller la chemise pour éviter des situations de blocage", a-t-il plaidé, estimant qu'"Air France, c'est la France. C'est un message adressé au monde". 

La place n'est pas laissée à la discussion

Frédéric Cuvillier

Frédéric Cuvillier est également revenu sur les autres conflits sociaux du moment, notamment celui de la SNCF. "La place n'est pas laissée à la discussion", regrette-t-il, pointant du doigt "un mur du refus qui s'oppose à toutes les revendications". Il estime d'ailleurs que la réforme portée par le gouvernement Macron est "inutile".

À lire aussi

Pour lui, "Air France et la SNCF illustrent le malaise social" que connaît actuellement le pays. "On ne peut pas radicaliser le mouvement, jouer avec le feu. L'État doit être stratège, acteur, et respectueux", conclut l'ancien ministre de François Hollande. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/