1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Corrida : pourquoi son interdiction divise le gouvernement et la majorité
2 min de lecture

Corrida : pourquoi son interdiction divise le gouvernement et la majorité

DÉCRYPTAGE - La proposition de loi LFI visant à interdire la corrida est étudiée en commission des Lois, ce mercredi 16 novembre. Le gouvernement s'y oppose, mais dans les rangs du groupe à l'Assemblée des élus y sont favorables.

Éric Dupond-Moretti à l'Assemblée nationale, le 2 août 2022
Éric Dupond-Moretti à l'Assemblée nationale, le 2 août 2022
Crédit : Alain JOCARD / AFP
Interdiction de la corrida : pourquoi la proposition de loi LFI divise la majorité
00:01:07
Interdiction de la corrida : les avis des députés divergent
00:01:36
Marie-Pierre Haddad

C'est le combat d'Aymeric Caron. La proposition de loi du député la France insoumise de Paris sur l'interdiction de la corrida en France débute son chemin parlementaire. Le texte arrive en commission des Lois ce mercredi 16 novembre et devrait être étudié en séance lors de la niche parlementaire de la France insoumise le 24 novembre prochain. 

En attendant cette date, les doutes se font déjà sentir tant au sein du gouvernement, qu'au sein du groupe des députés Renaissance. Certains s'opposent au texte et défendent une tradition française quand d'autres dénoncent un acte de maltraitance animale. 

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau a estimé que la corrida était "une tradition culturelle française très populaire". Sur Public Sénat, il a indiqué que le "texte qui n'était pas opportun". "La question n’est pas d’être aficionado, d’aimer ou de ne pas aimer", a-t-il précisé. Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a expliqué, quant à lui sur BFMTV, que l'exécutif "ne souhaite pas mettre en place des régimes d'interdictions".

Des députés contre la corrida

Mais du côté du groupe à l'Assemblée, les avis divergent de ceux du gouvernement. La présidente des députés Renaissance, Aurore Bergé, jugeait cette pratique "barbare". En accord avec elle, le président par intérim du groupe Sylvain Maillard est aussi favorable à son interdiction. 

À lire aussi

"Il n’y a aucune raison valable pour se repaître de plaisir en assistant à la torture d’un animal. Plein de pays ont cessé cette pratique. Ne soyons pas à la traîne", a indiqué le député Renaissance des Hauts-de-Seine Emmanuel Pellerin auprès du Parisien

Officiellement, une liberté de vote est appliquée, comme nous l'indique un macroniste. Mais les cadres de la majorité ont décidé de resserrer les rangs. Au cas où. Lors d'une réunion de coordination le 14 novembre dernier, Alexis Kohler a tenu à s'assurer que les troupes seraient bien mobilisées le jour J, contre le vote de cette proposition de loi. “Si le texte passait, ça serait vraiment la merde. C’est un texte de loi perdant-perdant, on perd en crédibilité politique, on perd des électeurs…", rapporte un participant auprès de Politico.

Selon leur décompte, "deux tiers" des députés du groupe Renaissance ne souhaitent pas une interdiction de la corrida. "Une position sur laquelle le MoDem et Horizons devraient également s’aligner", précise la newsletter politique.

Quel ministre pour contrer le texte ?

Signe de l'importance que représente cette séquence pour le gouvernement, l'exécutif a longuement étudié le choix du ministre qui affrontera les députés au sein de l'hémicycle. Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti qui ne cache pas être pro-corrida était prêt à aller au combat. Mais selon les informations du Figaro, la secrétaire d'Etat à la Ruralité Dominique Faure a été désignée. 

Comme le rapporte le journal, elle a insisté auprès de ses collègues sur le fait qu'il ne fallait "pas tomber dans le radicalisme du député qui porte le texte". "Il ne faut pas opposer émotion et attachement au terroir. Mon objectif sera d'échanger et d'apaiser", a-t-elle ajouté.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.