2 min de lecture Crise économique

Coronavirus : le nouveau budget de crise voté à l'Assemblée

L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de vendredi 17 à ce samedi 18 un nouveau budget aux dépenses considérablement alourdies à cause de la crise sanitaire.

L'Assemblée nationale en mars 2020
L'Assemblée nationale en mars 2020 Crédit : Ludovic Marin / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Face au coronavirus et à "l'urgence économique", l'Assemblée nationale a voté un nouveau budget de crise dans la nuit de vendredi à ce samedi. Ce second projet de loi de finances rectificative, après celui adopté en mars, est attendu au Sénat mardi.

Ce nouveau budget aux dépenses considérablement alourdies, entre soutien aux entreprises, aide aux plus modestes et prime aux soignants, tient compte du plan de 110 milliards d'euros annoncé par le gouvernement pour tenir bon.

Dans l'opposition, malgré des réserves, LR et le PS ont voté le texte, contrairement aux communistes et aux insoumis.

Qui paiera ces nouvelles dépenses ? La gauche et l'extrême droite ont d'ores et déjà lancé le débat en réclamant le rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) pour faire contribuer les plus riches, alors que le gouvernement refuse toute hausse d'impôts à ce stade.

Pas de "chèque en blanc" pour les entreprises polluantes

À lire aussi
Emmanuel Macron, le 14 juillet 2020, Place de la Concorde Chômage
Les infos de 18h - Interview de Macron : quels moyens annoncés pour l'emploi des jeunes ?

Autre pomme de discorde, les 20 milliards d'euros prévus pour recapitaliser des entreprises stratégiques en difficulté, notamment dans l'aéronautique et l'automobile. Les oppositions ont demandé des éclaircissements et des ONG environnementales dénoncent "un chèque aux grands pollueurs", sans condition.

"Ce ne sera pas un chèque en blanc", a rétorqué le ministre de l'Économie Bruno Le Maire dans l'hémicycle, conditionnant les montées au capital ou éventuelles nationalisations temporaires à "un effort de redressement et de compétitivité" ainsi qu'à "une politique environnementale ambitieuse".

Face à une crise d'une ampleur inédite, ce nouveau budget repose sur de sombres prévisions macro-économiques avec un recul de 8% du PIB en 2020, un déficit public d'environ 9,1% du PIB et une dette à 115%.

500 à 1.500 euros de prime pour les soignants

Ce nouveau budget porte notamment à quelque 24 milliards d'euros les crédits destinés au chômage partiel, dont un tiers pris en charge par l'Unedic. "Près de 9 millions de salariés aujourd'hui sont au chômage partiel", ce qui doit éviter des "licenciements de masse", a estimé Bruno Le Maire.

Enfin, ce texte de loi finance la prime exceptionnelle de 500 à 1.500 euros destinée aux soignants. Et intègre l'aide aux ménages les plus modestes (allocataires des minimas sociaux) de 150 euros, plus 100 euros par enfant.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crise économique Budget Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants