2 min de lecture Conférence de presse Hollande

Conférence de presse Hollande : ce que sont devenues les annonces de septembre

ÉCLAIRAGE - La dernière conférence de presse de François Hollande remonte à septembre 2014. Il y avait réalisé quelques annonces qui se sont matérialisées dans les semaines suivantes.

François Hollande lors de sa conférence de presse le 18 septembre 2014
François Hollande lors de sa conférence de presse le 18 septembre 2014 Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

François Hollande donne la cinquième conférence de presse de son quinquennat, ce jeudi 5 février. Cet exercice auquel il se plie à intervalles réguliers est l'occasion pour lui de faire un bilan sur les mois écoulés et réaliser des annonces pour l'avenir.

Le 18 septembre dernier, le président de la République avait procédé à quelques annonces qui se sont concrétisées dans les semaines qui ont suivi ou se sont confirmées avec le temps.

Suppression de la première tranche d'impôt

Après les annonces de Manuel Valls sur la baisse de l'impôt sur le revenu, François Hollande explique que la suppression de la première tranche d'impôt sera effective pour 9 millions de foyers fiscaux. "Il n'y aura pas d'augmentation de l'impôt sur le revenu, sur d'autres catégories", ajoute-t-il alors.

Une mesure votée le 16 octobre dernier par les députés. La loi de finances supprime la tranche du barème au taux de 5,5 % (appliquée à la fraction du revenu imposable, par part fiscale, comprise entre 6.011 et 11.991 euros en 2014), tout en abaissant le seuil d'entrée dans la tranche immédiatement supérieure, à 14%, à 9.690 euros de revenu par part.

Pas d'augmentation de la TVA

À lire aussi
François Lenglet fiscalité
Impôts : le bilan fiscal de François Hollande reste mauvais

Le Président accompagne son annonce de la confirmation de la non-augmentation de la TVA.  "Quand je suis arrivé aux responsabilités, la TVA aurait dû être augmentée de 1,6%, mais nous avons supprimé cette mesure", explique-t-il, taclant au passage la majorité précédente.

Intervention en Irak

François Hollande appuie sa volonté de combattre le jihadisme. "J'ai décidé de répondre à la demande des autorités irakiennes pour accorder un appui aérien", explique-t-il. Nous n'irons pas au delà. Il n'y aura pas de troupes au sol et nous n'interviendrons qu'en Irak".

La France lance l'opération Chammal, le 19 septembre. Alors qu'il reçoit le premier ministre irakien le 3 décembre dernier, le chef de l'État confirme sa volonté d'intervenir. "La France est prête à multiplier les actions et à les mener avec rapidité et efficacité contre Daesh en Irak".

Un hôpital militaire en Guinée

"La France va installer dans les jours qui viennent un hôpital militaire en Guinée, là où se situe le foyer principal d'Ebola, annonce le Président. Je demande au ministre de la Défense de coordonner cette action et d'associer les médecins militaires et la protection civile avec des moyens aériens, parce qu'ils sont indispensables. Là encore il s'agit de sauver des vies et de protéger les nôtres".


La France n'installera finalement pas d'hôpital militaire mais apportera un "important soutien" à la Croix-Rouge française, qui met sur pied dès octobre un centre de traitement. Selon un responsable guinéen cité par Libération, ce changement est "une décision des autorités de Conakry". Une version contredite par le porte-parole du gouvernement guinéen, qui invoque "une décision française".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Conférence de presse Hollande François Hollande Ebola
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants