1 min de lecture Climat

Climat : "L'accord de Paris n'est pas mort", veut croire Nicolas Hulot

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a violemment critiqué Donald Trump, au lendemain de sa décision de retirer les États-Unis de l'accord de Paris sur le climat. Mais il veut rester optimiste.

Nicolas Hulot le 11 décembre 2015
Nicolas Hulot le 11 décembre 2015 Crédit : AFP/D.Faget
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste RTL

Le monde entier est stupéfait, au lendemain de l'annonce de Donald Trump. Le président américain a confirmé sa promesse de campagne : il souhaite que les États-Unis sortent de l'accord de paris sur le climat, signé lors de la COP21. Ségolène Royal évoque un "très grave délit contre l'humanité". Laurent Fabius, lui, qualifie cette décision de "faute honteuse" et dénonce une "erreur majeure". Nicolas Hulot a quant à lui condamné "un message d'une violence inouïe", vendredi 2 juin sur Europe 1.

"C'est un message d'une violence inouïe aux familles de ceux et celles qui par millions, meurent chaque année de la pollution due à l'utilisation des énergies fossiles. C'est un message d'une violence inouïe aux générations futures", a déclaré le ministre.

C'est un message d'une violence inouïe aux générations futures

Nicolas Hulot
Partager la citation

Mais Nicolas Hulot refuse le fatalisme. Pour lui : "L'accord de Paris n'est pas mort". "Il y a peut-être quelque chose de positif qui sort de cette décision. Je pense qu'il y a un axe autour de la solidarité universelle qui va se créer. Peut-être un axe inattendu entre l'Europe, la Chine, l'Inde y compris aux États-Unis", a-t-il lancé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Climat Environnement Changement climatique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants