3 min de lecture Chômage

Chômage après démission : "On est au coeur de la philosophie macronienne", dit You

L'accès aux allocations chômages en cas de démission devrait entrer en vigueur le 1er novembre. Mais l'accession à ce droit est plus compliquée qu'elle n'y paraît.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Allocation chômage en cas de démission : "on est au coeur de la philosophie macronienne", dit You Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Noé Blouin

C’était une des promesses phares du candidat Macron : à partir de novembre 2019, les salariés démissionnaires vont pouvoir toucher une allocation chômage. Les décrets vont bientôt être déposés, pour que la nouvelle indemnisation chômage entre en vigueur au 1er novembre.

Pendant la campagne de 2017, ça paraissait simple. Mais dans la réalité, pour avoir droit à une allocation-chômage, il va falloir avoir un projet professionnel derrière, passer devant un organisme indépendant qui validera votre projet après une étude approfondie. C’est ce processus que précise le Journal Officiel.


Aujourd’hui, un salarié sur 2 a travaillé au moins 5 ans. Chaque année, 1 million d’employés démissionnent. Mais la plupart du temps, c’est parce qu’ils ont trouvé un travail ailleurs. Dans les faits, vous avez entre 25.000 et 44.000 demandeurs d’emplois qui ont démissionné pour des bonnes raisons et qui sont indemnisés. Soit parce qu’ils ont quitté l’entreprise à cause d’un harcèlement, soit parce qu’ils suivent leurs conjoints, soit parce qu’ils ont eu des problèmes de santé. Il y a en tout 15 situations qui sont déjà répertoriées. On en crée une 16ème.

Une mesure au cœur de la philosophie Macronienne

Ce sera donc une mesure assez restrictive. D’ailleurs, on prévoit une petite enveloppe dans le budget : 300 millions par an. C’est ça le plus intéressant. En fait, on est au cœur de la philosophie macronnienne. L’idée que l’épanouissement personnel passe par la création de son entreprise et la création de son propre emploi. La Start-Up Nation !

À lire aussi
Coronavirus : certaines entreprises font signer des décharges illégales à leurs salariés. Chômage
Coronavirus : quelles sont les entreprises concernées par le chômage partiel ?

70% des cadres qui démissionnent retrouvent un emploi solide un mois plus tard. Chez les employés, il n’y en a qu’1 sur 3, au bout de 4 mois. C’est plus facile de prendre le risque de démissionner, de créer son entreprise en touchant le chômage et en ayant la quasi-certitude de retrouver un emploi derrière si l’aventure se passe mal. 


La mesure devrait également éviter de voir s'envoler les ruptures conventionnelles. Pourtant, si on se fit aux chiffres officiels, en 2017, quand un salarié a cassé son CDI, c’était 4 fois sur 10 une démission et 1 fois sur 10 seulement, c’était une rupture conventionnelle. Donc ce n’est pas la première cause de rupture de CDI. Mais si on chausse des lunettes macroniennes, les choses sont différentes.

En effet, le chiffre qui intéresse le Président, c’est celui de ceux qui touchent déjà des aides financières de Pôle Emploi pour créer une entreprise après un licenciement. Et là, on découvre que ces nouveaux entrepreneurs là ont, en général, Bac+2… qu’ils ont un meilleur taux de survie de leur entreprise après deux ans. Et 1/3 d’entre eux, se sont lancés dans l’entreprenariat après avoir négocié une rupture conventionnelle avec leur patron. La mesure phare de la campagne est donc, en réalité, très ciblée sur ce public-là.

Le plus : une petite victoire pour les avocats

Discrètement, le gouvernement éteint les départs de feu sur la réforme des retraites.
Dans le budget de la Sécurité Sociale 2020, on ne touchera pas à la caisse de retraites des avocats qui est bénéficiaire et que les avocats ne veulent pas voir basculer dans le régime par points. On a supprimé cet article.

La note : 15/20 à Boeing

L’avionneur américain espère faire revoler son 737 Max à partir de janvier 2020 en Europe. Et c’est une bonne nouvelle, y compris pour nous. Car, malgré le duel Airbus/Boeing, l’avion américain fait aussi travailler de nombreuses entreprises française : le moteur est signé Safran et les pneus sont des Michelin par exemple.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chômage Pôle emploi Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants