1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Cannabis thérapeutique : Édouard Philippe juge "absurde" de ne pas y réfléchir
2 min de lecture

Cannabis thérapeutique : Édouard Philippe juge "absurde" de ne pas y réfléchir

Le Premier ministre en visite dans la Creuse, s'est dit ouvert à l'étude des vertus thérapeutiques de la fameuse plante, sous de nombreuses conditions qui excluent toute légalisation du cannabis récréatif.

Edouard Philippe le 1er avril à Paris
Edouard Philippe le 1er avril à Paris
Crédit : Eric Feferberg / AFP
Joanna Wadel & AFP

Alors que le débat sur la dépénalisation du cannabis progresse dans certaines localités, le premier ministre Édouard Philippe a estimé ce vendredi 5 avril qu'il serait "absurde" de s'interdire d'étudier les possibilités du cannabis thérapeutique

C'est lors d'un voyage en Creuse, où une culture de cette plante à des fins médicales fait partie des projets de développement envisagés, que le chef du gouvernement a émis qu'une éventuelle autorisation du chanvre dans un contexte médical n'était pas proscrite. 

"Il y a beaucoup de pays qui travaillent là-dessus, beaucoup de pays qui le permettent. Il serait absurde de ne pas se poser la question et c'est dans cet esprit que nous voulons travailler avec les porteurs du projet", a-t-il expliqué à la presse. 

Aujourd'hui, 21 pays de l'Union européenne autorisent le cannabis à usage thérapeutique, mais pas la France. 

Seules les molécules dérivées de la plante seront utilisées

À lire aussi

Cependant, cette ouverture est à relativiser. Car dans la suite de son discours, Édouard Philippe a nuancé amplement son propos, précisant qu'il s'agirait d'étudier les vertus thérapeutiques "des molécules contenues par cette plante". 

Une expérimentation qui, a insisté le Premier ministre, ne se fera pas sans l'encadrement nécessaire. "Il ne s'agit pas du tout de mettre en péril la santé publique (...) vous pensez bien que l'avis des plus hautes autorités qui encadrent l'utilisation des médicaments est indispensable", a-t-il souligné. 

Matignon a précisé qu'il s'agissait bien "d'étudier l'utilisation de molécules dérivées du cannabis, dans un cadre thérapeutique, c'est-à-dire pour fabriquer des médicaments". Une innovation qui "n'ouvre pas au cannabis récréatif", a averti de son côté Agnès Buzyn, en visite à Lyon. 

Un traitement pour des pathologies difficiles à soigner

"Nous avons commencé à travailler au sein de l'Agence de sécurité du médicament à un développement du cannabis thérapeutique, qui semble pouvoir répondre à quelques douleurs chroniques chez des patients, des douleurs très difficiles à traiter. Il y a un besoin pour quelques pathologies, pour quelques maladies", a complété dans l'après-midi la ministre de la Santé. 

Ce projet de cannabis thérapeutique dans la Creuse, comme l'un des axes de développement d'un des départements les plus pauvres de France, est emmené par Eric Corréia, président du Grand Guéret. Cet infirmier anesthésiste, formé à la prise en charge des douleurs, a rallié à sa cause d'autres élus locaux. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/