2 min de lecture Affaire Bygmalion

Bygmalion : le directeur de campagne de Sarkozy met en cause Jérôme Lavrilleux

Dans un courrier adressé au parquet, Guillaume Lambert met en exergue les liens qui unissent Jérôme Lavrilleux à Bygmalion et assure n'avoir jamais été mis au courant de la dissimulation des factures.

Jérôme Lavrilleux, directeur de campagne de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2012
Jérôme Lavrilleux, directeur de campagne de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2012 Crédit : AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

Dans une lettre adressée au procureur général de Paris, dont Le Figaro dévoile quelques extraits (article payant), le directeur de campagne de Nicolas Sarkozy met en cause Jérôme Lavrilleux au sujet des comptes de campagne de l'ancien chef de l'État, en 2012.

Alors que Jérôme Lavrilleux a avoué avoir participé à la dissimulation des factures réglées à Bygmalion, l'eurodéputé UMP voit sa responsabilité mise en exergue par Guillaume Lambert. "Je ne disposais d'aucun pouvoir hiérarchique sur lui", explique l'actuel préfet de Lozère.

Obligé de traiter avec Bygmalion

Selon lui, des surcoûts auraient été rapidement constatés, menant Franck Louvrier, chargé de la communication, à proposer de se tourner vers un prestataire moins cher qu'Event, la filiale de Bygmalion. "Lavrilleux a lié très clairement l'implication de l'UMP dans la campagne au fait de retenir Event comme prestataire exclusif", assure Guillaume Lambert.

Il ajoute : "Je constate la proximité de Lavrilleux avec Event, qui se déplace toujours en précurseur et se comporte en véritable donneur d'ordres". Guillaume Lambert affirme même "avoir demandé formellement de réduire les coûts des meetings".

Le SMS de Jérôme Lavrilleux

À lire aussi
L'invité de RTL justice
Bygmalion : "Nicolas Sarkozy n'est pas poursuivi", selon Brice Hortefeux sur RTL

Pour ce faire, des réunions hebdomadaires sont organisées. "A aucun moment, n'ont été évoqués les 'excès' ou dépassements extravagants dont la presse s'est fait l'écho, affirme-t-il. Je n'ai jamais été informé d'un système de factures complémentaires (...) Je n'avais aucune raison de soupçonner un arrangement autre qu'une baisse des prix corrélative à la baisse des prestations".

Et de divulguer le contenu d'un SMS de Jérôme Lavrilleux, seul moment où ce dernier évoquerait un problème de trésorerie. "Jean-François ne vient pas à Clermont, il y est allé la semaine dernière. Louer et équiper la deuxième halle est une question de coût. Nous n'avons plus d'argent. JFC en a parlé au PR (président de la République, ndlr)".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Bygmalion Jérôme Lavrilleux Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants