2 min de lecture Présidentielle 2017

Benoît Hamon s'en prend aux "vieux caciques" qui l'abandonnent pour Macron

Sur le plateau du 20 Heures de France 2, le candidat du parti socialiste à l'élection présidentielle a évoqué les ralliements à Emmanuel Macron "qui consistent à lui planter un couteau dans le dos".

Benoît Hamon sur France 2 le 26 mars 2017.
Benoît Hamon sur France 2 le 26 mars 2017. Crédit : Capture d'écran France 2
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

C'est un Benoît Hamon clairvoyant, mais déterminé, qui est apparu dimanche 26 mars sur le plateau du 20 Heures de France 2. Interrogé sur la baisse qui lui est attribuée dans les intentions de vote, celui-ci a joué la carte de l'optimisme. "J'étais à peu près convaincu que celles et ceux qui ont gouverné depuis très longtemps, de droite comme de gauche, tous ces vieux caciques qui se réunissent autour d'un seul et unique candidat, celui qui leur permettrait de gouverner encore 5 ans de plus, que ceux-là feraient obstacle à ma candidature parce qu'elle porte, justement, un projet qui tourne la page", considère-t-il.

"Incontestablement, depuis quelques semaines, s'organisent des ralliements à Emmanuel Macron qui consistent à me planter un couteau dans le dos, a-t-il d'abord analysé. On m'annoncerait même, la semaine prochaine, une mise à mort avec le ralliement de Manuel Valls à la candidature de Macron. C'est oublier que ce ne sont pas eux qui m'ont donné vie, c'est d'abord un vote populaire, celui de deux millions d'électeurs aux primaires qui ont décidé de faire confiance dans le projet politique qui est le mien", lance le candidat. 

"De toute façon je n'aurais pas gouverné avec eux"

Selon lui, dans une démocratie qu'il dépeint comme étant "en danger", Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon n'apparaissent pas comme des choix électoraux judicieux. "Je le dis aux électeurs de gauche, ne faites pas ce choix-là. Votez pour, plutôt que de voter par défaut, par élimination. Ce que l'on vous demande, le seul vote utile, important, c'est le vote utile pour vous. Vous aurez le pouvoir le 23 avril, utilisez-le", a-t-il lancé, face caméra, aux téléspectateurs.

Fustigeant un peu plus les personnalités du PS qui ont rallié Emmanuel Macron, Benoît Hamon a opté pour le mépris. "De toute façon je n'aurais pas gouverné avec eux, que ce soit clair, car je ne suis pas favorable à ce qu'on remette en cause l'ISF pour augmenter la TVA, à ce qu'on facilite les licenciements", a-t-il lancé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Benoît Hamon France 2
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants