3 min de lecture Martine Aubry

Martine Aubry demande une "réorientation politique" à François Hollande

Martine Aubry se rapproche des frondeurs et demande à François Hollande une "réorientation de la politique économique" dans un entretien au "Journal du dimanche".

Martine Aubry, maire PS de Lille, s'est exprimée lors des états généraux des socialistes du Nord (archives).
Martine Aubry, maire PS de Lille, s'est exprimée lors des états généraux des socialistes du Nord (archives). Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La maire PS de Lille, Martine Aubry, appuie la démarche des députés PS frondeurs et demande à François Hollande et à Manuel Valls d'engager une "réorientation de la politique économique" et d'"emprunter le bon chemin dans les deux ans qui viennent", faute de quoi la gauche va "échouer" en 2017dans un entretien au Journal du dimanche.

"Il nous faut trouver au plus vite le bon réglage des politiques économiques qui permettra de sortir la France de la crise. Et puis, il nous faut refaire de la politique (...) Regardons la vérité en face. La politique menée depuis deux ans, en France, comme presque partout ailleurs en Europe, s'est faite au détriment de la croissance", lance-t-elle en prônant "une nouvelle social-démocratie" et en réclamant d'en "finir avec les vieilles recettes libérales".

Aubry demande une "inflexion" de la politique

"La question n'est pas de renoncer à réduire les déficits (...) Il n'y a pas d'un côté les sérieux et de l'autre les laxistes. Mais je demande une inflexion de la politique entre la réduction des déficits et la croissance. Je demande qu'on réoriente la politique économique", lâche encore Martine Aubry en estimant qu'on "ne mobilise pas un pays sur la seule gestion financière" et qu'il faut "donner la destination du voyage".

Je demande qu'on réoriente la politique économique

Martine Aubry
Partager la citation

L'ancienne ministre des Affaires sociales "propose de mieux cibler les aides aux entreprises sur celles qui sont exposées à la concurrence internationale, et sur celles qui investissent et embauchent", un "plan de soutien à la croissance, qui touche les ménages et les collectivités locales" ainsi qu'une "fusion" du CICE (crédit d'impôt compétitivité emploi) avec le crédit d'impôt recherche. "20 milliards d'euros peuvent et doivent être ainsi libérés sur les 41 milliards d'euros" en faveur des entreprises, exige-t-elle.

Aubry se rapproche des frondeurs

À lire aussi
Martine Aubry, le 3 juillet 2020 La 5G
Emmanuel Macron : Martine Aubry lui répond sur la 5G et vote un moratoire

Elle jette également un pavé dans la mare en disant "partager les propositions" des députés PS frondeurs et "regrette que le Parlement n'ait pas pu en discuter" dans le cadre du Pacte de responsabilité et de solidarité.

La réforme doit être synonyme de progrès

Martine Aubry
Partager la citation

"J'espère que la prise de conscience sera là, que le débat aura lieu. En tout cas, plus on sera nombreux à le dire à gauche -élus nationaux ou locaux, mais aussi dans la société civile - plus on aura une chance d'être entendus. Dans le passé, faute d'avoir débattu, nous avons souvent payé le prix (...) Et puis, ne peut-on arrêter d'appeler "'frondeurs' des députés qui connaissent l'économie, souhaitent le succès du gouvernement et portent une vision de la Ve République où le Parlement est pleinement respecté dans ses prérogatives ?", ajoute Martine Aubry.

Nécessité d'une grande réforme fiscale

Elle juge ainsi qu'une grande réforme fiscale "est plus que jamais nécessaire pour réconcilier les Français avec l'impôt". "Elle est préférable à des mesures au fil de l'eau, aux allers-retours sur les mesures fiscales, aux baisses des prestations familiales ou au gel des retraites qui inquiètent les Français en situation difficile", assène-t-elle.

"Nous disons depuis des années qu'il faut faire de la CSG et de l'impôt sur le revenu un seul et même impôt citoyen. Il est temps de le faire. On pourrait ainsi distribuer du pouvoir d'achat aux plus modestes et le prélèvement à la source permettrait d'éviter de se retrouver dans la difficulté quand votre revenu baisse brutalement", ajoute-t-elle.

"Nouvelle social-démocratie"

Favorable à une "nouvelle social-démocratie", elle juge que "la réforme doit être synonyme de progrès". "Il faut en finir avec les vieilles recettes libérales. Ne perdons pas notre temps dans des débats du passé sans cesse remis sur la table par le Medef : le repos dominical, c'était il y a un siècle, l'assurance-chômage, soixante ans, les lois Auroux et les seuils sociaux, trente ans, les 35 heures, seize ans", ajoute-t-elle en visant autant le gouvernement Valls que le patronat.

Ne perdons pas notre temps dans des débats du passé

Martine Aubry
Partager la citation

"Les remettre en cause aujourd'hui, ne nous leurrons pas, ne créera pas d'emplois. Va-t-on passer le XXIe siècle à défaire ce que l'on a fait au XXe ? La responsabilité de notre génération politique n'est pas celle-là. Résolument tournés vers l'avenir, nous devons investir pour régler les trois défis de notre temps : la révolution numérique, le réchauffement climatique et les fractures entre les territoires. Il n'est pas trop tard pour réussir. Tout dépend de nous", lance celle qui se dit "candidate" seulement "au débat d'idées".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Martine Aubry François Hollande Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants