1 min de lecture Préfecture

Attaque à la préfecture : il y a eu "évidemment des failles" dit Castaner

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a admis que la tuerie de la préfecture de police de Paris a mis en évidence des "failles" dans le suivi de l'assaillant avant d'affirmer qu'il excluait le fait de présenter sa démission.

Christophe Castaner, le 17 juillet 2019
Christophe Castaner, le 17 juillet 2019 Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

Une réaction attendue. Trois jours après la tuerie qui a fait quatre victimes à la préfecture de police de Paris ce jeudi 3 octobre, Christophe Castaner a été interroge par TF1. Le ministre de l'Intérieur a reconnu que cette attaque a mis en évidences des "failles" dans le suivi de l'assaillant, réaffirmant ainsi que son dossier administratif ne mentionnait "aucun signe" de radicalisation.  

Christophe Castaner a notamment déploré qu'aucun "signalement" ne soit remonté aux autorités de la préfecture après que l'assaillant Mickaël H. a justifié dès juillet 2015 devant des collègues l'attentat contre Charlie Hebdo. "Dans le cas présent, il y a eu un dysfonctionnement (...). S'il y a eu des fautes, nous les corrigerons. Et s'il y a eu des erreurs d'appréciation, il faudra les sanctionner, c'est indispensable" a-t-il ajouté.

Il a ensuite exclu, ce dimanche 6 octobre, de présenter sa démission, réclamée par la droite et l'extrême droite après la tuerie de la préfecture de police, et a dénoncé un "procès politique" à son encontre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Préfecture Police Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants