2 min de lecture Droit du travail

Assurance-chômage : "Pas d'abrogation de la réforme", indique Muriel Pénicaud

INVITÉE RTL - La ministre du Travail n'entend pas remettre en cause la réforme de novembre mais suspend pour l'heure le second volet du printemps.

micro generique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Assurance-chômage : "Pas d'abrogation de la réforme", indique Muriel Pénicaud Crédit Image : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP | Crédit Média : Le Grand Jury | Durée : | Date :
La page de l'émission
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Que va faire le gouvernement de sa réforme des allocations chômage et des indemnités chômage ? Une réforme qui date de début novembre et un deuxième volet était prévu au 1er avril. Dans la première partie, il était prévu un durcissement des conditions d'indemnisation des chômeurs mis en place depuis novembre dernier. Cette partie-là est toujours en pratique. Il faut par exemple avoir travaillé 6 mois au cours des 24 derniers pour bénéficier du chômage alors qu'on a pas changé.

"On fait deux choses. La première, c'est effectivement la réforme qui devait arriver le 1er avril est repoussée au 1er septembre, annonce la ministre du Travail. Dans les ordonnances et les décrets que nous avons pris la semaine dernière, j'ai pris en compte tous les personnes qui sont demandeurs d'emploi ou qui arriveraient au chômage et qui seraient en difficulté. Tous les demandeurs d'emploi indemnisés qui sont arrivés en fin de droits courant mars et qui donc avaient l'inquiétude de se dire 'j'ai plus le droit à l'assurance chômage en avril', on repoussera leurs droits d'autant. Et s'il le faut, on fera la même chose en mai. Donc ça, c'est pour les fins de droits. La deuxième chose, c'est que pour les saisonniers, les CDD, les intérimaires, on a pris des dispositions pour que leurs droits soient prolongés."

"Pour les intermittents du spectacle, il faut qu'ils aient 507 heures dans l'année pour avoir droit à l'assurance chômage. Tous ceux qui arrivent à la date anniversaire, on prolonge les droits et tous ceux où ça sera plus tard, on neutralise la période. C'est-à-dire on fait comme si cette période ne comptait pas pour qu'ils ne soient en rien pénalisé."

Revoir certains pans de la réformes ?

Mais puisque le contexte a changé. Le gouvernement pense-t-il abroger cette réforme ou certains morceaux de celle-ci ? "Alors on ne va pas abroger beaucoup de choses qui étaient très demandées dans la réforme. Les droits de démissionner pour créer son entreprise. Le fait qu'il y ait un filet de sécurité pour les indépendants", par exemple note la ministre. Mais quid de la dégressivité de l'allocation chômage qui était contestée ? "La dégressivité ne concerne que les cadres et les10% des salaires les plus élevés, rappelle Muriel Pénicaud. 

À lire aussi
Un homme boit de l'eau sous un soleil de plomb (illustration) Code du travail
Fortes chaleurs : quels sont vos droits lorsque vous travaillez ?

"Aujourd'hui, la priorité, c'est de passer les semaines qui viennent et de protéger les plus vulnérables, complète Muriel Pénicaud. Nous ne savons pas aujourd'hui quel sera le contexte de la reprise économique. Nous faisons tout - avec Bruno Le Maire, Gérald Darmanin - pour mettre en place les conditions pour la reprise la plus forte et la plus rapide possible. Ça, c'est la meilleure protection qu'on réembauche demain. On repart économiquement et donc on fonctionne ça. On évaluera la situation dans quelques mois, mais pour l'instant, le sujet, c'est protéger les plus vulnérables, dans l'immédiat, pour les semaines qui viennent, qui ne se retrouvent pas avec des pertes de revenus ou un problème de pouvoir d'achat et puis derrière, repartir très vite."

En conclusion, les mesures de novembre sont maintenues et la deuxième volet d'avril est repoussé et sera - peut-être - amendé en fonction du contexte économique et social de la reprise espérée à l'été. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droit du travail Chômage Muriel Pénicaud
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants