3 min de lecture Emmanuel Macron

Annonces de Macron : la nouvelle méthode de Philippe pour le séminaire

DÉCRYPTAGE - Comment appliquer les mesures annoncées par Emmanuel Macron ? C'est là tout l'enjeu du séminaire gouvernemental organisé par Édouard Philippe, ce lundi. Le Premier ministre en a aussi profité pour intégrer une nouveauté.

>
La nouvelle méthode d'Édouard Philippe pour le séminaire Crédit Image : ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL / Dominique Tenza | Date :
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Il ne s'agit pas d'un acte II ou d'un tournant dans le quinquennat, mais il y aura bel et bien un avant et un après grand débat pour Emmanuel Macron. Le président de la République a pris la parole lors d'une conférence de presse et a amorcé un changement de style. 

"L'impatience, l'exigence que j'ai avec moi-même, que j'ai avec les membres du gouvernement, je l'ai un peu eue avec les Français. Le sentiment que j'ai donné, c'était une forme d'injonction permanente, d'être dur, parfois injuste. Ça, je le regrette. D'abord parce que ce n'est pas ce que je suis profondément et parce que je pense que ça n'a pas aidé à la cause", a-t-il reconnu le 25 avril dernier. 

Le chef de l'État a donc fait une liste de mesures qu'il souhaite voir mises en place rapidement. Reste à Édouard Philippe et à ses ministres de faire des propositions. C'est donc pour cela que le gouvernement est en séminaire ce lundi 29 avril. Une méthode déjà largement pratiquée par l'exécutif, mais avec une nouveauté pour ce rendez-vous

Un séminaire pas comme les autres

Des ministres réunis lors d'un séminaire, cela n'a rien d'inédit dans la macronie. En effet, dès sa prise de fonction à l'Élysée, Emmanuel Macron a organisé des séminaires que ce soit au sein de l'exécutif ou de sa majorité. Et depuis, une fois par trimestre Édouard Philippe réitère l'exercice. Mais Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement prévient : ce "ne sera pas un simple séminaire gouvernemental comme on a pu les connaître depuis le début du quinquennat".

"C'est une journée de travail intense, pour construire le 'qui fait quoi et quand' de la majorité, ce qui nous permettra ensuite dans les mois qui viennent de dérouler l'ensemble de notre action pour conduire concrètement les annonces qui ont été formulées par le président", a détaillé le Premier ministre.

À lire aussi
Alexandre Benalla, à Paris, le 19 février 2019 justice
Alexandre Benalla porte plainte contre l'association Anticor

"Plutôt que de le faire texte par texte, il m'est apparu opportun de pouvoir associer un certain nombre de parlementaires à la définition du calendrier sur lequel nous allons travailler, à la définition de nouveaux instruments, d'une nouvelle méthode. Bref un travail en bonne intelligence", a mis en avant le premier ministre.

La majorité intégrée à la réflexion

La nouveauté réside donc dans le fait que pour la première fois dans ce type d'exercice, une trentaine de cadres de la majorité parlementaire sont conviés à cette réunion. Présidents de groupe à l'Assemblée et au Sénat, vice-présidents de groupe, présidents de commission et rapporteurs généraux de certains textes rejoignent donc les ministres. 

Une façon de "mettre de l'huile dans les rouages de l'axe majorité parlementaire", indique l'AFP. En effet, l'objectif est de dépasser l'image de "députés godillots", comme les qualifie la France insoumise, en les intégrant au processus de réflexion. Exit aussi les frondeurs en herbe qui pourraient faire planer une menace sur le vote à l'Assemblée nationale.

Quatre ateliers sont au programme avec les parlementaires : sur le calendrier parlementaire, sur la méthode, sur la réforme constitutionnelle et sur "les nouvelles solidarités". Selon Édouard Philippe, "il y a toujours eu des discussions excellentes et très intenses entre les membres du gouvernement et la majorité". Mais il ajoute : "On arrive à un moment où si l'on veut traduire dans les faits les annonces du président de la République, nous devons au fond avoir la même vision des contraintes, avoir la même ambition, discuter, travailler en commun". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron Édouard Philippe Gilets jaunes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants