3 min de lecture Nicolas Sarkozy

Alba Ventura : "Avant Sarkozy, le temps des ralliements"

REPLAY - Nicolas Sarkozy n'est pas officiellement de retour. Pourtant le bal des courtisans a démarré à l'UMP.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura iTunes RSS
>
Alba Ventura : "Avant Sarkozy, le temps des ralliements" Crédit Image : Alba Ventura | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Nicolas Sarkozy n'a pas encore officiellement annoncé son retour. Mais ça se bouscule déjà au portillon pour le soutenir. La date approche, alors c'est le temps des ralliements.

Copé fait un bref retour sur terre

On l'a vu mardi 9 septembre avec Jean François Copé. "Je pense qu'être copéiste et soutenir Nicolas Sarkozy, c'est une démarche cohérente", a dit le député-maire de Meaux devant ses troupes. Jean-François Copé, qui avait quitté l'atmosphère depuis le 15 juin dernier (depuis l'affaire Bygmalion), a donc fait un bref passage sur terre pour soutenir Nicolas Sarkozy. Avant de prendre à nouveau du recul et s'astreindre à une diète médiatique pour, paraît-il, quelques mois. 

Il y a vraiment des moments à ne pas rater dans la vie politique. Jean-François Copé - qui se voulait "loyal mais pas vassal" - se dit sûrement que que par les temps qui courent, il serait préférable de se mettre dans les pas de Nicolas Sarkozy. Voire dans ses petits papiers.

À lire aussi
Gérard Longuet, à Paris, le 18 octobre 2011. (archives) gouvernement
Ces ministres qui sont revenus en poste après avoir été blanchis

Ne rien exclure, ne pas insulter l'avenir : c'est une règle en politique que beaucoup, visiblement, appliquent à la lettre en ce moment à l'UMP.

Habits chauds pour l'hiver

Si tout le monde ne retourne pas sa veste, certains s'habillent chaudement pour passer l'hiver. Regardez ceux qui soutenaient François Fillon il n'y a pas si longtemps (Laurent Wauquiez, Christian Estrosi...). N'allons pas dire qu'ils avaient fait une croix sur l'ancien président, mais ils avaient nettement pris leurs distances. C'est vrai que François Fillon ne les a pas fait rêver. Ils ont vite changé de monture.

Voyez aussi Jean-Pierre Raffarin. Il n'était pas vraiment fan de Nicolas Sarkozy (c'est le moins qu'on puisse dire). Quand on lui parlait de la perspective de son retour, le sénateur UMP était plus tiède que chaud. Mais que voulez-vous, il n'est pas facile de résister à la puissance de feu de l'ancien président, comme il dit.

Prenez Nathalie Kosciusko-Morizet qui, pourtant, avait tordu le nez. La ligne sarkozyste était un peu trop à droite à son goût. Désormais, parce qu'on est en temps de guerre, elle en appelle à un général comme Nicolas Sarkozy.

Même Nadine Morano qui, cet été, s'était fâchée tout rouge ("Si Nicolas s'entoure mal, je pourrais faire campagne contre lui"), a vite ravalé ses menaces.

Christian Jacob, le patron des députés UMP, gardien du temple chiraquien, est resté plus d'un an et demi sans voir Nicolas Sarkozy. Il était dans son bureau la semaine dernière. Attention, ça ne vaut pas ralliement. Mais sait-on jamais...

"Traiter les gens"

Cela ne veut pas dire que plus personne ne peut se mettre en travers de la route de Nicolas Sarkozy. Pour la primaire, il y a des candidats : Alain Juppé, François Fillon ou Xavier Bertrand. Mais ça, c'est dans deux ans. En revanche pour l'UMP, c'est plié. Les jeux sont faits. 

Tout ça est le résultat d'un travail de sape. Cela a été mitonné aux petits oignons par Nicolas Sarkozy. C'est le fruit d'heures de travail à convaincre les uns et les autres. Il y a un rendez vous toutes les demi-heures dans l'agenda de Nicolas Sarkozy....

C'est ce Nicolas Sarkozy appelle "traiter les gens", comme on traite un dossier. Oublier les mots malheureux, passer l'éponge sur les egos - du moins en apparence -, et puis les retourner comme des pierres.

Voilà pourquoi tout le monde est ou fait mine de redécouvrir les vertus inégalées du sarkozysme, après en avoir parfois dit parfois pis que pendre. Cela ne veut pas dire qu'ils se sacrifieront pour lui demain. Mais c'est une autre règle en politique : il ne sert à rien de s'opposer à quelqu'un qui est sûr de gagner.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy UMP Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7774221543
Alba Ventura : "Avant Sarkozy, le temps des ralliements"
Alba Ventura : "Avant Sarkozy, le temps des ralliements"
REPLAY - Nicolas Sarkozy n'est pas officiellement de retour. Pourtant le bal des courtisans a démarré à l'UMP.
https://www.rtl.fr/actu/politique/alba-ventura-avant-sarkozy-le-temps-des-ralliements-7774221543
2014-09-10 07:52:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/NqmZGt1sUThW3k2mnrRSSg/330v220-2/online/image/2014/0422/7771346845_alba-ventura.jpg