1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alain Duhamel : Un budget 2016 "sévère, modeste et raisonnable"
1 min de lecture

Alain Duhamel : Un budget 2016 "sévère, modeste et raisonnable"

REPLAY - ÉDITO - Le gouvernement a présenté mercredi le budget 2016, le dernier pour une année pleine avant la présidentielle.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Alain Duhamel : Un budget 2016 "sévère, modeste et raisonnable"
03:16
Alain Duhamel : Un budget 2016 "sévère, modeste et raisonnable"
03:21
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel
Journaliste

Le gouvernement a présenté le dernier budget plein du quinquennat qui s'appliquera pour l'année 2016. Un budget "sévère, modeste et raisonnable" selon Alain Duhamel, pour qui sa principale originalité est que "c'est le dernier qui s'appliquera pendant une année pleine". En effet, le budget de 2017 ne s'appliquera que pendant la première moitié de l'année avant l'élection présidentielle.

Sa caractéristique majeure, selon Alain Duhamel, est que ce budget "est le choix de la compétitivité des entreprises". "Ce n'est donc pas un budget socialiste ni un budget de gauche", explique-t-il. Mais cela n'est pas non plus un "budget libéral, dans la mesure où il y a quand même l'augmentation unique en Europe de 8.000 fonctionnaires supplémentaires". S'y trouve aussi une baisse d'impôt "pour les classes moyennes inférieures, qui sont les plus nombreuses". Pour le reste, deux objectifs son à distinguer : la baisse du déficit à 3,3% à la fin de l'année prochaine et atteindre le plafonnement de la dette.

Sarkozy, Juppé et Fillon sévères

A droite, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François jugent ce budget sévèrement, "mais le sont de manière inégale" selon Alain Duhamel. Le plus sévère est François Fillon, qui est inflexible. Alain Juppé est lui sévère de manière raisonnable. Et Nicolas Sarkozy est sévère avec nouveauté. Dans une interview donnée aux Échos, il proposaient plusieurs choses qui n'avaient pas été faites sous son quinquennat, et que les deux autres proposaient, mais de façon plus rigoureuse.

Tout ceci montre pour Alain Duhamel que nous sommes actuellement dans un brouillard idéologique. Car les socialistes "défendent une sorte de libéralisme mou", Les Républicains défendent "une sorte de libéralisme dur" et l'extrême-droite "revient à des choix de gauche".

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/