2 min de lecture Alain Vidalies

Air France : "Il y a un avenir et une croissance possibles", assure Alain Vidalies

REPLAY - REPLAY / INVITÉ RTL - Le secrétaire d'État aux Transports souhaite la reprise du dialogue entre les différents acteurs d'Air France et reconnaît la fragilité de la société.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Air France : Alain Vidalies dénonce des "agissements inacceptables" et attend une réponse "ferme et unanime" Crédit Image : Cécile de Sèze / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle et Marie-Pierre Haddad

La société Air France est sonnée au lendemain des débordements qui ont provoqué l'interruption du Comité central d'entreprise et le quasi-lynchage du DRH de la compagnie d'aviation. L'heure est désormais à l'apaisement pour Alain Vidalies qui explique que "ce qui est important, c'est de voir la réaction de l'ensemble des acteurs aussi bien la direction que les organisations syndicales. Il y a une condamnation très ferme des agissements d'hier et il y a une volonté réitérée de reprendre le dialogue".

Devant "la gravité de la situation", le secrétaire d'État aux Transports estime que "la meilleure des réponse serait que l'on passe aux actes. Il y a une voix, il y a une réponse possible dans cette difficulté, sans oublier les objectifs posés par la direction et les contraintes financières".

Soit l'effort est partagé par tous et il n'y a pas de licenciements, c'est le plan A. Sinon, par quelques-uns

Alain Vidalies, secrétaire d'État aux Transports
Partager la citation

Selon Alain Vidalies, la situation à Air France est "assez simple" : "On est face à une compagnie qui est en difficulté sur le plan financier. En Bourse, sa capitalisation n'est que de 2 milliards d'euros, alors que Ryanair c'est 7 milliards d'euros. C'est une société fragile". Et justement, la faiblesse de l'entreprise française concernerait ses vols longs courriers. "Il y a des lignes où le déficit atteint 80%, selon la direction. Il faut réduire cette activité et il n'y a que deux solutions. Soit l'effort est partagé par tous et il n'y a pas de licenciements, c'est le plan A. Sinon, par quelques-uns, les 2.900 qui seront licenciés", explique-t-il. 

Alain Vidalies exclut l'intervention d'un médiateur : "Ce n'est pas le contribuable qui va payer. Il y a des moments dans des conflits où c'est toujours possible, mais après les événements d'hier, la meilleure des réponses est que ce soit les acteurs de l'entreprise qui reprennent le chemin du dialogue".

Une mauvaise anticipation des compagnies low cost

À lire aussi
À Millas, un TER a percuté un bus scolaire le 14 décembre 2017 pyrénées-orientales
Collision à Millas : le passage à niveau, "au cœur du problème" selon Alain Vidalies

L'État est en "permanence en relation avec la direction de l'entreprise et les organisations syndicales", assure le secrétaire d'État aux Transports. "Nous avons 17% et ce n'est même pas la minorité de la minorité. C'est un actionnaire particulier mais si la réponse c'est le gouvernement qui va tout régler, je ne suis pas sûr que l'on n'ajoute pas à la caricature", ajoute-t-il. 

Malgré les difficultés de l'entreprise, il n'est pas question d'appliquer ce que le secrétaire d'État appelle "le modèle de la Corée du Nord" : "Ce n'est pas le notre. On n'est pas dans la situation où la solution serait la nationalisation d'Air France. L'État joue son rôle". Air France n'aurait ainsi pas anticipé l'arrivée des compagnies low cost et d'une "concurrence déloyale de certaines compagnies", selon Alain Vidalies, qui ajoute qu'il y a "un avenir et une croissance possibles pour Air France".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alain Vidalies Air France Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants