1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. 1er mai : "Mélenchon se veut être professeur de révolution", ironise Louis Aliot
1 min de lecture

1er mai : "Mélenchon se veut être professeur de révolution", ironise Louis Aliot

INVITÉ RTL - Le numéro 2 du Front national critique ouvertement Jean-Luc Mélenchon qui a assuré, dans un premier temps, que les "Black Blocs" étaient des militants d'extrême droite.

Louis Aliot à Paris, le 4 novembre 2014.
Louis Aliot à Paris, le 4 novembre 2014.
L'invité de RTL Soir du 02/05/2018
05:56

Au lendemain de la manifestation parisienne du 1er mai marquée par des dégradations et des violences, la stratégie policière déployée face aux 1.200 militants radicaux des "Black Blocs" est critiquée.

Si Michel Delpuech, préfet de police de Paris, et Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, se défendent d'avoir sous-estimé les manifestants, les réactions ont été nombreuses dans la classe politique. C'est le cas de Louis Aliot, vice-président du Front national. "Le problème, ce sont les affirmations de la préfecture et de l'Intérieur. Ils nous disent qu'on connaît ces personnes depuis longtemps donc pourquoi on les laisse s'approcher de Paris pour les manifestations ?", questionne-t-il appelant dès lors à des sanctions lourdes.

C'est pourquoi les députés du parti frontiste veulent demander la création d'une commission d'enquête parlementaire. "Nous souhaitons que l'État fasse toute la lumière sur la gestion de ce 1er mai à Paris : effectifs, dispositif, ordres, bilan", a précisé Sébastien Chenu, le député du Nord. 

Mélenchon a un automatisme au cerveau où il voit l’extrême droite de partout

Louis Aliot

Mais Louis Aliot ne s'est pas arrêté là. Particulièrement remonté, le numéro 2 du Front national a directement attaqué Jean-Luc Mélenchon, qui avait, dans un premier temps, associé les casseurs à l'extrême-droite. "Il a un automatisme au cerveau où il voit l’extrême droite de partout. Pour le coup, ce sont ses amis, ou du moins sa mouvance, qui ont commis ces débordements", critique-t-il assurant que l'extrême gauche était "la plus radicale et la plus violente"

À lire aussi

Après le rétropédalage de Jean-Luc Mélenchon ce mercredi 2 mai, Louis Aliot définit son opposant politique comme un "professeur de révolution". "Il se veut être professeur de révolution mais pour le moment, on ne peut pas dire qu'il a agité grand chose", ironise-t-il. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/