1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Yonne : condamnée à 12 ans de prison pour avoir torturé une fillette de 6 ans
2 min de lecture

Yonne : condamnée à 12 ans de prison pour avoir torturé une fillette de 6 ans

Privée de nourriture, de sommeil, victimes de violences… Le père et la belle-mère de la fillette ont été condamnés ce jeudi 15 octobre pour "actes de tortures et de barbarie".

Le symbole de la justice au tribunal judiciaire de Paris
Le symbole de la justice au tribunal judiciaire de Paris
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Nicolas Barreiro & AFP

La Cour d'assises de l'Yonne a tranché ce jeudi 15 octobre sur l'affaire de cette fillette de six ans torturée par sa belle-mère et son père. Les accusés sont respectivement condamnés à 12 ans et 8 ans de réclusion criminelle. Ils ont été reconnus coupables de "violences habituelles", de 2015 à 2018, et d'"actes de torture et de barbarie", en avril 2018, sur la fillette aujourd'hui âgée de neuf ans. 

La fillette "a été attachée, bâillonnée, privée de sommeil, privée d'aller aux toilettes et de nourriture", a fustigé l'avocat général, Pierrick Giangualano, dans ses réquisitions. Lorsque les gendarmes tentent de voir l'enfant, en avril 2018, ils sont accueillis par le frère aîné, âgé de 12 ans, qui les menace d'une barre métallique, et la belle-mère de la fillette la jette dans la rue, à demi-vêtue, en lançant aux forces de l'ordre : "Vous la voulez, ben tenez !".

Ses poignets et ses chevilles portaient des traces de lacération et de nombreuses ecchymoses couvraient son corps anormalement maigre. Elle n'a dû sa "survie" qu'à la cantine scolaire ; elle a été attachée deux heures durant les bras en l'air, sur la pointe des pieds ; elle était "insultée, privée de jeux et de parole", a listé l'avocat général. 

Une femme "tyrannique" et un père "soumis"

Dénonçant la "perversité criminelle" de Nadège Cousin, principale accusée, le ministère public a dépeint une femme "tyrannique" et "froide", qui est restée totalement impassible à l'énoncé du verdict. Son avocat, Julien Lewden, a plaidé le "passé infantile traumatique" de sa cliente, dont les parents étaient déjà "maltraitants", et la fragilité psychologique de sa cliente. 

À écouter aussi

Michèle Duffaut, avocate du père, a voulu décrire un "bon père", "terriblement immature et complètement soumis", qui est tombé "sous la coupe" de sa nouvelle compagne. Il a agi "par amour" pour sa compagne, mais n'en a pas moins été "actif", "approuvant" même, selon l'avocat général. 

La famille était dans la "misère", reconnaît-il, mais considérer cela comme une circonstance atténuante serait "une insulte pour la masse des gens pauvres qui aiment leurs enfants".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.