1 min de lecture États-Unis

Inculpée d'homicide après un accident au volant d'une voiture autonome d'Uber

Le drame est survenu en mars 2018 en Arizona alors que la voiture effectuait des essais.

Une voiture autonome Uber dans les rues de Pittsburgh, en mars 2017 (illustration)
Une voiture autonome Uber dans les rues de Pittsburgh, en mars 2017 (illustration) Crédit : SIPA
Maxime Magnier et AFP

Est-on tenu d'être maître de son véhicule quand celui-ci se passe de conducteur ? C'est la question sur laquelle se penchera la justice américaine au moment de juger une femme qui se trouvait au volant d'un véhicule autonome d'Uber au moment d'un accident mortel survenu en mars 2018, en Arizona, aux Etats-Unis. Elle a été inculpée d'homicide involontaire par la justice américaine. Elle a plaidé non coupable, précise un communiqué des autorités locales diffusé mardi 16 septembre.

La voiture en question roulait à Tempe dans le cadre d'un programme d'essais du système de conduite automatisée développé par Uber quand elle a percuté une piétonne qui traversait la route à pied, de nuit, à côté de son vélo.

D'ores et déjà, la procureure du comté, Allister Adel, a estimé que "lorsqu'un conducteur prend le volant d'une voiture, il a la responsabilité de contrôler et de conduire ce véhicule en toute sécurité et dans le respect des lois".

Le groupe de VTC mis en cause

Fin 2019, l'agence en charge de la sécurité des transports aux Etats-Unis avait estimé que la conductrice du véhicule était la principale responsable du choc dans la mesure où elle était distraite par son téléphone portable au moment de la collision. Mais l'agence avait aussi mis en cause le groupe de VTC.

À lire aussi
Donald Trump, lors de la tournée de recrutement pour "The Apprentice", le 9 juillet 2004, à Los Angeles Présidentielle américaine
États-Unis : comment "The Apprentice" a sauvé les affaires de Donald Trump

Si les capteurs de la voiture avaient bien détecté la victime 5,6 secondes avant l'impact, le logiciel n'était pas programmé pour la reconnaître en tant que piétonne, car elle était hors d'un passage protégé, avait notamment souligné l'agence. Elle avait aussi déploré l'absence de mécanismes adéquats pour pallier l'éventuel laisser-aller des conducteurs.

Cet accident, combiné à ceux impliquant des voitures Tesla équipées d'un logiciel d'aide à la conduite, avait forcé la plupart des groupes engagés dans la technologie de conduite autonome à réévaluer leurs systèmes de sécurité. Sollicité par l'Agence France-Presse, Uber n'a pas souhaité commenter l'inculpation mercredi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Uber Voiture autonome
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants