1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Les voitures autonomes nouvelles cibles des hackers ?
1 min de lecture

Les voitures autonomes nouvelles cibles des hackers ?

REPLAY - D'ici dix ans, les voitures autonomes représenteront près d'un quart du parc automobile. Se posera alors la question de la cybersécurité. La voiture de demain pourrait bien devenir la nouvelle cible des hackers malveillants.

L'intérieur d'une voiture autonome de PSA
L'intérieur d'une voiture autonome de PSA
Crédit : SIPA
Les voitures autonomes nouvelles cibles des hackers ?
09:49
Auto-Radio du 03 novembre 2019
09:49
Christophe Bourroux - édité par La rédaction numérique de RTL

La voiture d’aujourd’hui ne ressemble quasiment en rien à celle de la fin du siècle dernier, voire même à celle du début des années 2000. À part les quatre roues et le volant, presque tout a changé, surtout en termes de connectivité. Tous les constructeurs automobiles travaillent sur un modèle de voiture autonome, la voiture du futur qui n’aura même plus besoin d’un conducteur, et qui dans dix ans représentera jusqu’à 25% des voitures vendues. 

Bluetooth, connexion avec le téléphone, wifi à bord… aujourd’hui une voiture est presque aussi hi-tech qu’un smartphone. Ce qui la rend évidemment plus vulnérable et nécessite de s’adapter à ce défi technologique, qui rejoint celui de la cybersécurité, et donc de la cybercriminalité.

Il y a quatre ans, deux hackers américains avaient fait des tests sur une Jeep Cherokee, dont ils avaient pu actionner les freins à distance et même couper le moteur en plein milieu de l’autoroute.

Vigilance pour les constructeurs

Pour éviter que ces tests deviennent une réalité et engendrent de graves accidents, les constructeurs vont devoir développer une stratégie de défense, un peu plus complexe que la simple installation d’un antivirus sur le circuit électronique du véhicule connecté.

À lire aussi

"Les constructeurs vont devoir mettre en place une stratégie de cybersécurité pour maintenir le niveau de sécurité des véhicules dans le temps, assurer la mise à jour de la sécurité du véhicule dans le temps", nous a expliqué Laurent Sudarskis de l’entreprise Thales. Et qui dit stratégie, dit forcément réflexion en amont et tests. Pour cela, Thales a fait appel à des "hackers éthiques", qui vont "prendre la posture de l’attaquant et démontrer quel est le véritable niveau de sécurité" de chaque modèle de voiture autonome. 

Mais attention, les propriétaires de ces véhicules du futur devront aussi être vigilants face à ces menaces potentielles, comme ils le sont aujourd’hui avec leurs ordinateurs et leurs smartphones avec les virus informatiques. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/