1 min de lecture Attentat

Un projet d'attentat terroriste présumé déjoué en France, 3 hommes mis en examen

VU DANS LA PRESSE - Les suspects, rencontrés en prison, auraient évoqué plusieurs cibles, comme des sites institutionnels ou des passants.

La prison de Saint-Maur (illustration)
La prison de Saint-Maur (illustration) Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
signature paul turban
Paul Turban Journaliste

Ils se sont rencontrés en prison et auraient projetés un attentat. Un ancien militaire, un converti prosélyte et un "revenant" du jihad, placés en garde à vue le 23 juillet, ont été mis en examen ce vendredi 26 juillet pour "associations de malfaiteurs terroristes" et écroués, selon Le Parisien. Les trois individus sont soupçonnés d'avoir voulu commettre un attentat, déjoué la semaine de leur arrestation.

Selon les informations du quotidien, deux de ses hommes étaient en prison, l'un à Châteaudun (Eure-et-Loir), l'autre à Saint-Maur (Indre), tandis que le troisième venait d'être relâché il y a quelques mois. Des sources proches du dossier ont indiqué qu'ils avaient projeté un attentat à la sortie de l'un des suspects.

Il semble que les trois suspects auraient pensé à plusieurs cibles potentiels, parmi lesquelles des gardiens de prison, des sites institutionnels ou encore des passants. Ils ont nié en garde à vue tout projet terroriste, ou se sont tus. Les enquêteurs ont néanmoins en leur possession des armes artisanales. 

Un "revenant" de Syrie et un apologiste du terrorisme

Le détenu dont la libération en août semblait être l'élément déclencheur du projet d'attentat était condamné pour un voyage de six mois en Syrie en 2014, où il avait fait partie de la branche syrienne d'Al-Qaïda. Il est rentré, se sentant "inutile" en Syrie. Le Parisien évoque un statut de "détenu modèle". 

À lire aussi
Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, couple de policiers tués à Magnanville terrorisme
Attentat de Magnanville : un suspect placé en garde à vue

Celui que les enquêteurs considèrent comme le "cerveau" du trio a été condamné pour "apologie du terrorisme". Il a changé plusieurs fois de prison, au moins à trois reprises selon le quotidien, pour des incidents comme des appels à la prière. C'est dans ce cadre qu'il a rencontré le "revenant" de Syrie à Châteaudun et le troisième complice présumé à Toulon. Ce dernier est un ancien légionnaire, décrit comme radicalisé et prosélyte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat Justice Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants