1 min de lecture Justice

Un chauffeur de Macron condamné pour excès de vitesse et refus d'obtempérer

VU DANS LA PRESSE - Excès de vitesse, feux rouges grillés, gyrophare en marche... Le gendarme a enfreint le code de la route pour rentrer chez lui.

Le président Emmanuel Macron en avril 2019.
Le président Emmanuel Macron en avril 2019. Crédit : Alastair Grant / POOL / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut

À première vue, l'audience qui s'est tenue lundi 24 février devant le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) était on ne peu plus banale. Le prévenu se présentait en effet devant les juges pour répondre d'un excès de vitesse et d'un refus d'obtempérer.

Mais c'est la personnalité même du justiciable qui a donné de la couleur à l'audience. L'homme, un gendarme du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GRSP), est l'un des chauffeurs d'Emmanuel Macron. Il est sorti du prétoire après avoir été condamné à 500 euros d'amende et quatre mois de suspension de permis de conduire, comme l'ont révélé nos confrères de Mediapart, mardi 25 février.
Les faits remontent au mois de février 2019. Pour rentrer chez lui, le militaire de 44 ans n'hésité pas à griller deux feux rouges, faire crier son gyrophare dans les rues de Sèvres (Hauts-de-Seine) et effectuer des pointes à 150 km/h. Une vitesse telle que les policiers qui se lancent à ses trousses ne parviennent pas à le rattraper.

Le prévenu évoque des "nécessités de service"

Les autorités parviennent toutefois à noter la plaque d'immatriculation et découvrent que le conducteur se trouvait au volant d'un "véhicule de fonction de la présidence de la République", développe Mediapart.

Devant les magistrats, le prévenu reconnaît avoir abusé de son gyrophare, mais explique avoir agi ainsi pour des "nécessités de service". L'homme précise qu'il a dû rentrer chez lui rapidement afin de préparer un déplacement présidentiel prévu le lendemain des faits. Un argument qui n'a visiblement pas convaincu les magistrats. Le chauffeur, qui reste en poste au GSPR, a fait appel de la décision.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Police Auto
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants