1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Tuerie de Chevaline : 7 podcasts pour se replonger dans l'affaire
3 min de lecture

Tuerie de Chevaline : 7 podcasts pour se replonger dans l'affaire

Le 5 septembre 2012, trois membres d'une même famille de touristes britanniques, les Al-Hilli, étaient retrouvés morts sur un parking à côté du village de Chevaline, en Haute-Savoie. Retour sur ce drame, encore non élucidé dix ans après.

Le village de Chevaline en Haute-Savoie (illustration)
Le village de Chevaline en Haute-Savoie (illustration)
Crédit : AFP / JEAN-PIERRE CLATOT
7 jours 7 énigmes: les mystères de la tuerie de Chevaline
00:04:37
Tuerie de Chevaline : le profil mystérieux du père, Saad Al-Hilli
00:01:58
Tuerie de Chevaline : ce que nous apprend l'arme du crime sur le tueur
00:01:49
Tuerie de Chevaline : qui est ce motard entendu par les enquêteurs à deux reprises ?
00:01:57
Tuerie de Chevaline : le cycliste était-il la cible principale ?
00:01:51
Tuerie de Chevaline : qui est cet ancien légionnaire, un temps suspecté par les gendarmes ?
00:02:04
Tuerie de Chevaline : que sont devenues les rescapées Zainab et Zeena Al-Hilli ?
00:02:06
La rédaction numérique de RTL & Thomas Prouteau

Il y a dix ans, les corps de trois touristes britanniques de la même famille étaient retrouvés sur un parking. De nombreux mystères demeurent dans cette affaire. En mai dernier, RTL avait choisi de revenir sur 7 énigmes qui persistent sur ce fait divers que désormais tout le monde appelle "la tuerie de Chevaline".

Presque dix ans plus tard, l'enquête est au point mortPas d'auteur et surtout pas de mobile. En février dernier, la nouvelle procureure d’Annecy Line Bonnet a dit avoir "bon espoir" que le mystère soit un jour résolu, même si aucun nouvel élément n’a permis d’avancer.

La personnalité du père de famille, Saad Al-Hilli, intrigue toujours, et ce, jusqu'en Angleterre où il habitait avec sa famille. Là-bas, la maison des Al-Hilli a été refaite à neuf, mais les voisins se souviennent toujours de la famille. Saad Al-Hilli y est décrit comme un bon voisin, discret, mais un peu intrigant

Plusieurs mois avant de partir pour le séjour fatal en France, dans la région de Chevaline, le père de famille a aussi parlé à un autre voisin, Jacques. Il lui a dit qu'il avait des soucis d'ordre juridique, mais Jacques n'a pas pu l'aider.

La piste coriace du motard finalement écartée

À lire aussi

Un autre mystère subsiste : celui de l'arme à feu utilisée, qui laisserait penser que le crime a été commis par un tueur non professionnel. Il s'agit d'une arme ancienne, un pistolet semi-automatique Luger P06 calibre 7,65 parabellum, fabriqué à partir de 1906 et utilisé principalement par l'armée suisse jusque dans les années 60.

L'utilisation d'un tel pistolet pour la tuerie de Chevaline interroge, car il ne répond pas aux exigences d'un tueur professionnel qui réalise un contrat. Le cas d'un motard a néanmoins éveillé l'attention des enquêteurs.

Aperçu près de la scène de crime par deux gardes forestiers, il a rapidement été considéré comme le principal coupable. Après plusieurs années de recherches et de fausses pistes, la gendarmerie met la main en 2015 sur ce mystérieux motard. Chef d'entreprise lyonnais, il sera néanmoins relâché libre après son audition, les enquêteurs n'ayant pas trouvé de preuves ou de mobiles. 

Un cycliste et un ancien gendarme au cœur de l'enquête

Alors qu'aucun mobile n'a été établi, certaines hypothèses avancent que Sylvain Mollier était visé et non la famille al-Hilli. Sylvain Mollier, 45 ans, a été tué alors qu'il arrivait à vélo sur le parking du Martinet. L'homme travaillait dans une usine filiale du groupe Areva à Ugine, en Savoie, où il résidait. Alors qu'il n'avait accès à aucune information sensible à son poste, la piste de l'espionnage industriel a été écartée, mais une autre hypothèse peut être envisagée.

Selon une de ses amies, qui s'est confiée à l'hebdomadaire La Savoie, Sylvain Mollier "était un homme charmant et charmeur. Il était très sensible aux femmes. Un jour il m'a avoué qu'il fallait qu'il fasse attention en se promenant dans la rue, qu'il craignait de prendre un coup de fusil".

Les liens entre le cycliste et un ancien légionnaire ont intrigué les enquêteurs. Mais ce dernier, Patrice Menegaldo, a-t-il emporté le secret de la tuerie de Chevaline dans sa tombe ? Le 2 juin 2014, soit deux ans après le drame de Chevaline, il se suicide par arme à feu à son domicile d'Ugine, en Savoie, la ville d'où était originaire Sylvain Mollier.

Un mystère qui reste entier

Dans la tuerie sur le parking en 2012, trois personnes ont perdu la vie : la mère, le père et la grand-mère. Les deux petites filles, âgées de 4 et 7 ans au moment des faits, seront épargnées. Zainab a été retrouvée à l'extérieur de la voiture familiale, sur le chemin de Chevaline, le crâne fracturé par la crosse d'une arme et une balle dans l'épaule. Sa petite sœur était cachée sous les jambes de sa mère dans le véhicule. Zeena a dit n'avoir entendu que des bruits. Son aîné, témoin clé, a évoqué la présence d'un seul "méchant". 

Alors ce mystère sera-t-il un jour résolu ? L'enquête continue. Peut-être effectivement que l'on débouchera sur autre chose", déclarait le procureur d'Annecy de l'époque, Éric Maillaud.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire