1 min de lecture Savoie

Tignes : "Il était professionnel, c'est de la malchance", assure la fille du moniteur décédé

DOCUMENT RTL - Quatre personnes sont décédées après une avalanche à Tignes, en Savoie. La fille du moniteur assure qu'il était quelqu'un de "mesuré".

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Tignes : "Il était professionnel, c'est de la malchance", assure la fille du moniteur Crédit Média : Serge Pueyo | Durée : | Date : La page de l'émission
Serge Pueyo et Claire Gaveau

C'est l'avalanche la plus meurtrière depuis le début de la saison hivernale. Lors d'une sortie en hors piste à Tignes, en Savoie, un groupe de huit personnes a été emporté par une plaque à vent. Parmi eux, quatre vacanciers sont décédés : un père de famille de 48 ans, son fils de 15 ans et le demi-frère de ce dernier, 19 ans. Leur moniteur, âgé de 59 ans, n'a pas non plus survécu à cette avalanche.

Contactée par RTL, la fille de ce dernier réfute toute prise de risque. "Il adorait son métier, il a toujours fait ça toute sa vie, depuis qu'il a 20 ans. Il savait ce qu'il faisait. Il était l'un des plus professionnels de la station", explique Lou. Son père était quelqu'un de "mesuré" et décrit ce drame comme "une malchance" : "S'il y avait trop de risques, on restait sur la piste. Il connaissait le secteur sur le bout des doigts et savait quand ça allait ou quand ça n'allait pas".

Dorénavant, Lou veut que la mémoire de son père ne soit pas bafouée. "Les gens ne connaissent rien, c'est affreux de voir ce qu'il se passe sur Facebook et de voir des gens dire qu'ils l'ont 'mérité'. On ne peut pas juger tant qu'on n'est pas à la place d'une personne. Personne ne saura jamais ce qu'il s'est passé et on ne peut faire que des suppositions", assure-t-elle.

Celle qui est également devenue monitrice évoque sa fierté concernant son père. "C'était le meilleur, c'est lui, il était trop fort. Il était chiant mais il était trop fort", glisse-t-elle en larmes. Aujourd'hui, cette famille de passionnés et de professionnels a perdu son pilier : "Quand mon frère a rejoint l'École du Ski Français (ESF) aussi, c'était drôle d'avoir les trois Ruiz. Le ski c'était toute sa vie et quand on a marié les deux, il était plus qu'heureux". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Savoie Avalanche Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants