2 min de lecture Justice

Tariq Ramadan : l'élu RN Julien Odoul condamné pour l'avoir traité de "violeur"

Le conseiller régional a été condamné pour "atteinte à la présomption d'innocence", alors que Tariq Ramadan n'a pas encore été jugé des accusations de viols portées contre lui.

Tariq Ramadan, le 7 avril 2012
Tariq Ramadan, le 7 avril 2012 Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

La justice a tranché en faveur de Tariq Ramadan ce lundi 30 novembre. L'islamologue avait déposé une plainte pour "atteinte à la présomption d'innocence" contre l'élu du Rassemblement national (RN) Julien Odoul. Ce dernier l'avait traité le 13 juillet dernier de "violeur", alors que le chercheur suisse est mis en examen pour plusieurs viols, sans qu'il soit encore condamné.  

Tariq Ramadan, qui conteste les accusations portées contre lui par plusieurs femmes, a eu gain de cause devant le tribunal de Paris. Quant à l'élu RN il a été condamné par le juge des référés à verser 10.000 euros à l'islamologue, dont 8.000 euros de dommages et intérêts, pour ses propos tenus sur la chaîne LCI durant l'été.

À l'époque, de nombreuses manifestations se multipliaient en France contre la nomination au gouvernement de Gérald Darmanin, accusé de viol. "Ces pseudos-féministes ne diront jamais rien contre Tariq Ramadan le violeur", avait alors accusé Julien Odoul, en réponse au journaliste qui l'interrogeait sur l'émergence de ces mouvements au stade de l'enquête.

Ramadan victime d'un "préjudice moral"

L'élu du Conseil régionale Bourgogne-Franche-Comté avait ensuite relayé la vidéo de son intervention dans un tweet ainsi formulé : "Je suis gêné par l'indignation à géométrie variable de ces pseudos-féministes qui manifestent contre Gérald Darmanin, présumé innocent, mais qui n'ont jamais manifesté contre Tariq Ramadan ou contre les migrants coupables de viols et d'agressions sexuelles dans notre pays".

À lire aussi
faits divers
Affaire Veyrac : 30 ans de réclusion requis contre le principal accusé

Pour la juge des référés, "l'atteinte portée en l'espèce à la présomption d'innocence de Tariq Ramadan lui a nécessairement causé un préjudice moral en le présentant publiquement comme coupable auprès de tiers". "Commise par un homme politique, élu aux niveaux régional et municipal, elle a nécessairement eu un certain écho durant le temps de sa diffusion", ajoute la juge, constatant que Julien Odoul avait retiré son tweet le 27 juillet.

Me Pascal Garbarini, l'un des avocats de Tariq Ramadan, a lui fait part à l'AFP de sa "satisfaction que la présomption d'innocence de M. Ramadan soit affirmée et que toute atteinte soit sanctionnée". "Nous n'hésiterons pas à poursuivre à chaque fois que cette présomption d'innocence sera bafouée", a-t-il ajouté. L'avocat de Julien Odoul n'a lui pas réagit pour le moment. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Tariq Ramadan Rassemblement National
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants