1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Strasbourg : un "gigolo 2.0" condamné à de la prison ferme
1 min de lecture

Strasbourg : un "gigolo 2.0" condamné à de la prison ferme

Un Afghan a été condamné à deux ans de prison, dont un an avec sursis probatoire, à Strasbourg (Bas-Rhin). Il est accusé d’avoir escroqué une trentaine de femmes lors de rendez-vous amoureux.

Symbole de la justice (illustration)
Symbole de la justice (illustration)
Crédit : INA FASSBENDER / AFP
micro generique
La rédaction numérique de RTL
Journaliste

Âgé de 24 ans, un homme a été condamné à deux ans de prison, dont un avec sursis. En s’inscrivant sur des sites de rencontre, il a profité de rendez-vous amoureux pour voler les cartes bancaires d’une trentaine de femmes. 

Lors d’une enquête menée par l’Unité des enquêtes financières et des enquêtes administratives (UEFEA) de la Sûreté Départementale du Bas-Rhin, le suspect avait reconnu les faits. Placé en détention provisoire en août 2019, il comparaissait libre mardi 3 novembre à l’audience au tribunal judiciaire de Strasbourg.

Qualifié de  "gigolo 2.0" par la Sûreté Départementale, il avait un mode opératoire bien rôdé. Il s'inscrivait sur des applications de rencontre, comme Tinder par exemple. Ensuite, il profitait des rencards avec les jeunes femmes pour leur subtiliser leurs cartes ou leurs coordonnées bancaires. Il s’en servait après pour effectuer des paiements en ligne.

Il mettait sur Airbnb les logements de jeunes femmes

Parfois, quand il était invité au domicile de ces jeunes femmes, il en profitait aussi pour prendre des photos du logement qu'il postait ensuite sur un site de petites annonces afin de proposer le bien immobilier en location. Selon le quotidien Les Dernières Nouvelles d’Alsace, il avait une autre spécialité qui consistait à louer des appartements à la semaine sur Airbnb. Il présentait ensuite le logement en location en se faisant passer pour le propriétaire, et il encaissait les premiers mois de loyer après la remise des clés.
L’accusé était déjà condamné pour des faits similaires et était sous le coup d'autres procédures. Il a justifié ses actes par la volonté de faire venir sa famille en Europe et un besoin d’argent pour payer les passeurs. Il n'a pas été placé sous mandat de dépôt.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/