1 min de lecture SNCF

SNCF : un syndicaliste SUD-Rail licencié contre l'avis de l'inspection du travail

Un syndicaliste SUD-Rail, menacé de licenciement depuis des mois malgré l'opposition l'an dernier de l'inspection du travail, vient d'apprendre que la SNCF avait décidé de le radier, après autorisation du ministère du Travail.

Une manifestation de SUD-rail, le 12 mars 2018 à Paris
Une manifestation de SUD-rail, le 12 mars 2018 à Paris Crédit : AFP / GERARD JULIEN
Pierre
Pierre Jarnoux et AFP

Un salarié de la SNCF, syndiqué chez SUD-Rail a été radié de la SNCF après l'autorisation du ministère du Travail. L'inspection du travail y était opposée. 


Eric Bezou, 53 ans, qui compte "plus de 28 ans d'ancienneté à la SNCF", a été prévenu lundi soir par "un cadre de l'entreprise, responsable du secteur de Mantes-la-Jolie" (Yvelines), où travaille le syndicaliste, a précisé ce dernier. Selon ce cadre, "un courrier est parti lundi", a ajouté Eric Bezou. 


A l'époque des faits ayant conduit à une procédure disciplinaire à son encontre, ce cheminot était délégué syndical d'établissement et membre de la commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT).

SUD-Rail affirme que "le Covid-19 n'empêche pas la répression antisyndicale" et qu'aujourd'hui, "militer est un crime". La SNCF n'a pas souhaité s'exprimer sur ce licenciement. 

Un conflit de longue date

À lire aussi
Un employé de la SNCF (illustration) transports
SNCF : trafic fortement perturbé après une panne électrique à Dijon

En outre, s'indigne-t-il, la Direction générale du travail (DGT) a validé "hors délai" le recours déposé en novembre par la SNCF, après que l'inspection du travail avait refusé en septembre d'autoriser la radiation de M. Bezou.

En mars 2019, excédé après un nouveau refus de promotion prononcé contre lui, M. Bezou s'était "agenouillé devant (sa) cheffe" et lui avait "demandé si c'était ça la posture d'agent de maîtrise" que sa hiérarchie lui reprochait de ne pas adopter, avait raconté le syndicaliste l'an dernier à l'AFP. Un peu plus tard, il s'était aussi "mis à genoux" devant un autre supérieur hiérarchique.

"J'ai été désagréable, provocateur, impertinent, mais jamais insultant ni menaçant", avait-il ajouté.

En mai dernier, d'après un mail de la DGT à Eric Bezou et qu'AFP a pu consulter, la direction générale du Travail n'excluait pas de radier en raison de "propos et gestes inconvenants". Le 18 mai dernier, un appel à la grève avait été lancé pour dénoncer une "répression".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
SNCF Syndicats Licenciement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants